Les inondations du printemps ont frappé Nicolet de plein fouet. Des sacs de sable ont été installés dans le secteur le plus touché.

Parce que nous avons le privilège de changer les choses…

OPINIONS / L’auteure, Geneviève Dubois, est mairesse de Nicolet et préfète de la MRC de Nicolet-Yamaska.

On apprenait récemment que dans les mots qui nous ont le plus marqués en 2019 sur la planète arrivaient en tête de liste: «urgence/changement climatique», «grève pour le climat» et «suprarecyclage ou recyclage créatif», tous des termes liés à notre environnement. Je ne serais guère étonnée que 2020 et les années suivantes nous amènent à mettre aussi en tête de liste des mots qui ont un lien avec l’environnement.

En tout cas, je peux vous assurer que ceux-ci feront bel et bien partie du vocabulaire nicolétain. Nos élus s’y sont engagés tout comme nos employés et nos citoyens s’attendent à ce que nous continuions en ce sens. Tout juste avant Noël d’ailleurs, nous recevions un agréable cadeau en apprenant que notre objectif de réduire de 20 % les gaz à effet de serre (GES) avait été dépassé avec au moins un an d’avance.

Loin de s’arrêter à cette grande première québécoise, l’administration nicolétaine entend se servir de cette bonne nouvelle comme un levier. Cela fait assurément la preuve que peu importe la taille de notre organisation, nous pouvons apporter des changements et assurément transformer notre communauté.

Oui nous avons reconnu, nous aussi, l’urgence d’agir en septembre dernier notamment avec la manifestation pour le climat, mais déjà, en 2012, nous mettions en place certaines initiatives pour réduire graduellement nos GES.

Il nous est arrivé, à maintes reprises, en 2019 et avant, d’être invités sur plusieurs tribunes pour savoir comment Nicolet s’y est pris. Chaque fois, je cite notamment René Dubos qui disait, lors du tout premier sommet sur l’environnement en 1972, «penser global, agir local». Plusieurs décennies plus tard, j’ai accolé une suite, un tout petit bout de phrase que je considère important «et collectivement». Je suis de celles qui pensent sincèrement que même s’il s’agit d’un enjeu planétaire, nous avons, ensemble le pouvoir de faire changer les choses.

2019, changements climatiques

Si je poursuis dans un autre ordre d’idée, mais toujours en environnement, Nicolet aura connu encore cette année des dérèglements climatiques avec un deuxième épisode d’inondations (après celles rapprochées de 2017) et un épisode de vents violents en novembre plongeant plus de 80 % de notre population dans le noir pour plusieurs jours. Je pense que nous ne pouvons pas ignorer le fait que ces phénomènes semblent se reproduire de plus en plus fréquemment.

Heureusement, nous pouvons toujours compter, dans ces moments, sur l’extraordinaire solidarité de notre communauté. Avec la recrudescence de ces phénomènes, la Ville de Nicolet a d’ailleurs pris certaines décisions, au cours des dernières années, pour garantir la sécurité de sa population: achat de digues temporaires ou de génératrices pour assurer en tout temps une alimentation électrique à nos équipements font maintenant partie des choses que nous avons ajoutées à notre budget municipal.

Nicolet a aussi été touchée par les vents violents de l’automne 2019 et des pannes de courant qui en ont résulté. La mairesse de Nicolet fait remarquer que dans de tels moments, on peut observer l’extraordinaire solidarité de la communauté.

Toujours en environnement, et lié aux inondations, notre équipe a été fortement mobilisée en plein cœur de l’été pour travailler, avec des échéanciers très serrés, sur la zone d’intervention spéciale (ZIS) que voulait mettre en place le gouvernement du Québec. Un exercice nécessaire qui est tout de même venu chambouler toute la période des vacances du monde municipal et des citoyens touchés par cette ZIS.

Cette année qui se termine aura aussi été marquée par notre adhésion à la Communauté bleue, Nicolet devenant la troisième ville au Québec à joindre le mouvement après plusieurs villes aux quatre coins du globe. Encore là, nous sommes passés de la parole aux actes et avons pu compter sur plusieurs partenaires des milieux scolaires et des affaires qui, eux aussi, se sont engagés à bannir les bouteilles de plastique à usage unique.

Je vous disais que 2020 serait tout aussi liée à l’environnement, nous pouvons déjà penser aux travaux en cours au quai dans le secteur du Port-Saint-François, infrastructure qui nous sera cédée quelque part en juin prochain ou à l’aménagement du Centre d’interprétation du parc écomaritime de l’Anse-du-Port qui sera construit tout juste à l’entrée de notre magnifique passerelle.

Est-ce que Nicolet n’a que des projets environnementaux? Certainement pas, mais je vous dirais que c’est devenu un automatisme d’intégrer une notion environnement à ceux-ci quand on pense, par exemple, réaménager un stationnement au centre-ville en le rendant écoresponsable ou en prévoyant des aménagements futurs en bordure la rivière Nicolet sur la rue du 12-Novembre.

Quand nous avons lancé en 2019 un important concours d’achat local, il y avait un défi économique et un sentiment de fierté à encourager nos commerçants, mais c’est aussi dans une optique de limiter les déplacements de nos gens pour qu’ils s’approvisionnent à proximité et tentent de générer le moins de GES possible que nous l’avons aussi pensé.

Nous voulons continuer à être les leaders dans le développement durable avec des enjeux de transport et mobilité durable, de transition et d’efficacité énergétique et continuer à voir comment, collectivement nous pouvons continuer à réduire notre empreinte. La MRC a d’ailleurs présenté son impressionnant plan de transition énergétique récemment. Chez nous, les gens travaillent dans le même sens et les résultats sont probants.

Ma planète en 2019, et très certainement en 2020, aura encore bien besoin de nous, mais je reste persuadée que collectivement nous sommes capables de grandes choses. Suffit de se fixer des objectifs réalistes et de démontrer une réelle intention de mettre en place les moyens de les atteindre et les dépasser.

Ceux et celles qui m’entourent savent à quel point j’ai hâte d’être mamie! Maintenant que nous savons l’état de notre monde, nous ne pouvons demeurer inactifs. Parce que je souhaite laisser à mes enfants, vos enfants et nos petits-enfants un monde meilleur. Loin de moi l’idée de juger ce qui s’est fait dans le passé, nous n’avons aucun pouvoir sur celui-ci. Investissons plutôt nos énergies pour offrir un milieu de vie qui ne générera pas d’anxiété à nos jeunes et qui leur donnera envie de s’investir aussi. Ne laissons personne derrière.

Plusieurs défis attendent les élus pour les prochaines années. Profitons du temps des Fêtes pour se reposer et profiter de notre monde!

Joyeux temps des Fêtes!