Où allez-vous avec vos skis?

OPINIONS / Lettre adressée au ministre des Transports, François Bonnardel.

Mais où vous en allez-vous, monsieur le ministre, avec vos skis!?

Mon père, aujourd’hui décédé, et mon frère, avaient investi dans une entreprise type artisan, en achetant un permis de taxi.

Pour eux, c’était un investissement tout comme l’achat d’une maison. Leur projet avait pour but de payer leur investissement en utilisant leur permis pour faire des revenus.

À leur retraite respective, ils vendraient leur permis et en profiteraient comme revenus. Heureusement, ils n’auront pas à vivre ça.

Mon père est décédé et mon frère a vendu son permis il y a quelques années. Ils sont très chanceux, car ils n’auront pas à subir ce vol d’équité sur leur capital de retraite.

Votre façon de procéder me rappelle les barbares qui, lors de la conquête de l’Acadie, ont volé les propriétés de tous, et en particulier celle de la famille de mon grand-père Éloi Cormier.

J’espère qu’outre vous, votre collègue Jean Boulet lira aussi cette lettre.

J’ai passé très très près de voter pour la CAQ aux dernières élections… Heureusement!

Pierre Dupont

Trois Rivières

Une cathédrale ouverte ou fermée?

Samedi dernier en après-midi, je me suis rivé le nez à des portes closes à la cathédrale de l’Assomption de Trois-Rivières. Pourtant, en vérifiant les heures d’ouverture inscrites sur la porte, la cathédrale aurait dû être ouverte aux visiteurs.

J’ai même pensé qu’à cause de la force du vent, cette porte était restée barrée donc je me suis déplacée de l’autre côté de la cathédrale et là encore: porte barrée. Ce n’est pas la première fois que je trouve «portes closes» à des heures supposément ouvertes.

Habitant Trois-Rivières depuis plus de quarante ans, j’ai vu au fil des ans les heures d’ouverture diminuées à la cathédrale. Pourtant, les autorités ecclésiales souhaitent notre présence en église et déplorent l’abandon de la pratique religieuse par plusieurs personnes. Comme bien d’autres, je ne ferai plus l’effort de me présenter devant une porte close pour être déçue.

En terminant, quand des heures d’ouverture sont inscrites sur la porte, s’il vous plaît, par respect pour ceux qui se déplacent, respectez-les.

Sylvie Montembeault

Trois-Rivières