On se rassemble oui ou non?

OPINIONS / C’est il y a un peu plus d’une semaine qu’avait lieu la manifestation contre le racisme à Trois-Rivières où près de 1000 personnes se sont rassemblées dans les rues pour dénoncer cet horrible meurtre d’un afro-américain survenu au Minnesota. Ce drame devait être décrié et la communauté noire méritait l’appui de tous afin que de pareils actes ne se reproduisent. En temps normal, j’aurais moi aussi déambulé silencieusement, mais dois-je vous rappeler que la normalité nous a quittés depuis le 16 mars dernier. Ce temps, où nous pouvions et devions marcher pour de nobles causes, a été mis en veille en raison de la crise sanitaire qui nous afflige depuis trop longtemps. Mais ce ne fut pas le cas samedi le 6 juin.

Une multitude de règles, nécessaires dans les circonstances, sont venues et viennent encore quotidiennement brimer nos libertés afin de nous permettre collectivement de vaincre cet ennemi invisible. Nous avons pu être témoin, dans les dernières semaines, de scènes déchirantes touchant des milliers de Québécois. La vie d’aînés assombrie par des semaines de solitude, des parcours scolaires perturbés pour des jeunes en situation précaire, de la détresse psychologique de toutes sortes, de la violence conjugale, des entreprises au bord de gouffre, sans oublier les nombreux malades et nos morts que nous comptons maintenant par milliers. Des gens se sont même vu refuser d’être au chevet d’un proche en fin de vie. Qualifiés par certains de gestes inhumains, j’ai pour ma part tendance à les classer dans la catégorie des sacrifices nécessaires pour gagner cette guerre. Nous pouvons affirmer sans trop de crainte que la vie normale est bien absente autour de nous. Pourtant, cette vie que nous avions perdue est venue nous rendre visite ce samedi lors du rassemblement et c’est à ce moment précis que je décroche complètement.

Pendant qu’ici on assistait à une manifestation où s’entassaient des centaines de personnes sur la voie publique, dûment escortée par les policiers, on refusait aux membres de ma famille d’assister aux funérailles de ma grand-mère. Malgré toutes nos supplications, nos tentatives de compromis, le port du masque et le respect de cette fameuse distance de deux mètres, il était hors de question pour les dirigeants de la maison funéraire de bafouer les règles strictes de la Santé publique sous peine d’intervention policière. S’il est acceptable de rassembler des centaines de personnes masquées dans la rue pour une cause, pourquoi ne le serait-il pas pour beaucoup moins de gens dans un cimetière? Cette aberration sans nom nous a obligés à faire nos adieux dernière la froideur d’un écran d’ordinateur.

Plus encore et bien au-delà de ma petite expérience personnelle, je me questionne sur le message que ce rassemblement peut envoyer à la population et sur la pertinence de voir à sa tête certains de nos dirigeants. Le maire Jean Lamarche a cru bon participer à cette marche qui oui, était pour une juste cause, mais qui malheureusement venait carrément à l’encontre des règles actuellement en vigueur sur les rassemblements. Les intentions étaient sans doute admirables, mais je m’interroge sur la cohérence de sa démarche puisque c’est ce même maire qui vient tout juste de renforcer son Règlement sur la paix, l’ordre et la sécurité publique afin de permettre à ses policiers d’interdire tout rassemblement dans un parc ou espace public appartenant à la Ville. On peut y voir clairement l’esprit derrière le geste posé; un message fort envoyé aux Trifluviens sur l’importance du respect des règles en ces temps de pandémie.

Alors la question demeure entière, que faisiez-vous là Monsieur Lamarche? Pourquoi venir légitimer et faire la promotion d’un rassemblement dans les rues et dans un parc de votre ville? Vous me répondrez sans doute que l’événement était historique, que l’occasion était unique. En tout respect, je vous répondrai simplement en disant qu’on ne meurt qu’une seule fois et qu’il est d’une tristesse incroyable de fermer le livre de 100 ans de vie par vidéoconférence.

Je terminerais en vous rappelant que c’est pour des raisons sanitaires que nous avons littéralement déchiré la programmation estivale et annulé tous nos festivals. Un rassemblement extérieur, peu importe la raison, reste un rassemblement non? Alors, on se rassemble cet été oui ou non ?! Des précisions s’imposent.

Stéphane Guay

Trois-Rivières