Nuisance sur quatre roues

OPINIONS/ Les résidents du district du Carmel, c’est-à-dire les personnes vivant près de l’UQTR, du Cégep et du centre hospitalier, sont victimes du succès de ces trois grands pôles d’attraction et de la trop grande popularité du transport individuel. Une voiture dans ce secteur est une nuisance.

Lors des élections municipales de 2013 et 2017, je disais qu’il n’y avait pas de solution à court terme. Aujourd’hui? Je peux parler du service municipal de transport par autobus qui sera en place à l’été 2019. Déjà le Cégep voit une différence depuis que le coût des études inclut l’écopasse de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR). Le nombre de véhicules utilisant les stationnements diminue, ce qui est encourageant.

À moyen et long terme, vous comme moi devrons apprendre à utiliser davantage les transports actifs. Sans oublier le covoiturage pour les travailleurs et les étudiants...

Le Cégep a posé des gestes concrets. L’UQTR fait des efforts. Le centre hospitalier devra aller dans le même sens surtout depuis l’agrandissement de 2018.

Si tous et toutes mettent l’épaule à la roue, je n’ai pas à vous expliquer que notre empreinte environnementale sera diminuée au profit d’une planète qui en a bien besoin.

Quant au déneigement, celui de l’espace public (rues et trottoirs) devrait primer sur celui des individus. Cette dernière phrase est plus difficile à accueillir.

Je le sais, mais je me dois de donner l’heure juste aux gens de Trois-Rivières, pas seulement du district qui m’a élu. Je pourrais aussi parler de la construction d’un quatrième site de dépôt à neige (4 ou 5 M$) que le conseil de ville tente d’éviter grâce au travail ingénieux de notre fonction publique. Voilà ce que je peux écrire en ce début de mars, en sachant que l’hiver va durer encore quatre ou cinq semaines!

Pierre Montreuil

Conseiller municipal

District du Carmel

Trois-Rivières

Un peu d’amour pour la cathédrale

Je suis une travailleuse du centre-ville de Trois-Rivières et je remarque que depuis quelques mois, la cathédrale aurait besoin d’un peu d’amour. L’heure est rarement la bonne sur les grandes horloges. Le clocher n’est pas proprement éclairé le soir.

On dirait qu’on ne sait pas comment la mettre en valeur. Il s’agit d’un bâtiment phare du centre-ville et on devrait l’entretenir comme du monde.

Sophie Bellemare

Trois-Rivières