Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Augmenter le nombre de lois pour protéger la Terre est essentiel si nous voulons que nos enfants puissent admirer notre seule planète.
Augmenter le nombre de lois pour protéger la Terre est essentiel si nous voulons que nos enfants puissent admirer notre seule planète.

Notre planète, notre maison

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
OPINIONS / Un déclin de plus de 70% des animaux. Le niveau de la mer en hausse. Pandémie et records de feux de forêt battus. Ces problématiques nous prennent de tous les côtés. 

Bien sûr, il est plus facile de contourner les lois, de fermer les yeux sur la situation mais dans quelques années, pourrons-nous encore le faire? Pouvons-nous continuer d’ignorer qu’un million d’espèces vivantes sur huit sont menacées? Que l’eau de la mer est au bord de nos villes? Que ce qui nous reste de forêts part en fumée? Nous ne pensons pas. Dans les prochaines lignes, vous constaterez par vous-mêmes que nous sommes à l’orée de la catastrophe. Et que nous sommes responsables de notre propre fin, que notre surconsommation détruit ce qui nous reste… C’est pourquoi il est urgent de protéger notre planète avec plus de rigueur. L’objectif de ce texte est de vous sensibiliser à l’enjeu majeur auquel notre planète fait face.

Des billets… verts!

Pour commencer, le développement économique est essentiel pour combler nos besoins. Mais pour certains, se tourner vers un développement durable peut être menaçant pour l’économie. Pourtant, il s’agit d’une solution écologique afin de réduire la surconsommation. L’économie ne doit pas se faire au détriment de notre planète. En ce sens, selon le site consoglobe.com, 74% des Québécois sont prêts à payer plus cher pour des produits écologiques. Ils sont prêts à payer près de 44% plus cher pour investir dans une entreprise écologique, des produits multisurfaces écologiques ou divers produits non polluants. D’ailleurs, plusieurs entreprises sont consciencieuses et engagées à protéger l’environnement. Par conséquent, elles n’ont pas à s’inquiéter de la perte de leurs clients, et ce, même si elles augmentent leurs tarifs en se tournant vers le commerce écoresponsable. En considérant ce fait, les entreprises peuvent avoir l’opportunité de faire des profits financiers tout en préservant notre planète.

De plus, aider l’environnement revêt des avantages économiques non négligeables. Car il est possible de conjuguer environnement et économie. En effet, les producteurs locaux seront les gagnants de cette histoire. À cause des lois environnementales, les grandes entreprises qui offraient les mêmes produits moins chers vont devoir monter leurs prix, ce qui donnera enfin une chance aux petits producteurs indépendants qui pourront enfin pouvoir compétitionner avec les entreprises pour une hausse de leurs ventes.

Pour continuer dans le secteur économique, dans de nombreux endroits dans le monde les changements climatiques causent de grandes sécheresses, haussent les températures et provoquent des inondations dans certaines régions, ce qui force les gouvernements à déplacer ces réfugiés climatiques et les loger dans leur pays. Ce sont 18,9 millions de personnes qui ont été déplacées sous les coups extrêmes des changements climatiques pour la seule année de 2015 et l’ONU prévoit qu’il y aura plus de 250 millions de réfugiés climatiques d’ici 2050. Pour l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), en 2019, le budget annuel s’élevait à presque 9 milliards de dollars. Déjà, entre 1901 et 1990, le niveau des océans a augmenté à une vitesse d’environ 1,4 mm/an pour passer à 3,6 mm/an entre 2006 et 2015 en raison des changements climatiques. Ce rythme tend à s’accélérer. Et ce n’est pas parce que nous ne vivons pas cette crise directement que le Canada n’y échappera pas. Ce n’est donc pas un débat de savoir s’il faut favoriser le développement économique ou l’environnement… c’est possible de faire les deux! Il faut faire les deux!

Une planète en santé, des vies sauvées

Au niveau des populations, mettre plus de lois environnementales diminuerait la mortalité sur la planète. En effet, l’urgence de la situation exige une mobilisation sans précédent et de vigoureuses actions collectives pour protéger nos ressources comme l’eau, l’air, les sols qui nous nourrissent, nous et nos enfants. En effet, c’est la santé de la population qui est en jeu, car à cause de la pollution causée par l’humain, de nombreuses substances toxiques se retrouvent dans l’air, comme les principales composantes du smog: dioxyde d’azote, soufre et particules fines. Toutes ces substances ont des conséquences graves sur la santé de l’humain. La pollution de l’air cause des problèmes respiratoires et pulmonaires, comme de l’asthme ou des allergies, ou des problèmes cardiaques, de l’arythmie, de l’hypertension, etc. Chaque année, ce sont plus de 14 500 Canadiens qui meurent prématurément à cause de la pollution de l’air. Les impacts sanitaires de celle-ci équivalent à plus de 114 milliards de dollars, seulement en 2015. Chaque petit geste a une incidence sur la protection de la planète. Et nous pouvons faire ces petits gestes. Avec plus de lois, nous améliorons la qualité de l’air, de nos forêts, de nos terres et nos étendues d’eau. Nous la respirons, la buvons, avançons et évoluons sur ces étendues naturelles.

Bye Bye planète?

Sur ce point, il n’y a pas vraiment de débat. Si on ajoute des lois pour préserver la nature, on va davantage protéger l’environnement, sans aucun doute. D’ailleurs, est-ce normal qu’un huitième de notre biosphère soit menacé d’extinction? Si nous n’agissons pas maintenant, nous allons perdre plus d’un million d’espèces de la faune et de la flore. En continuant à ne rien faire, d’ici 10 ans, autant de plantes que d’animaux ne seront plus présents sur la surface terrestre. Notre précieuse biodiversité disparaîtra en même temps que ses écosystèmes…

Il faut plus. Avec des lois qui précisent le rôle des usines dans la purification de l’air avant de la renvoyer dans l’atmosphère, les gaz à effet de serre (GES) diminueront considérablement, ce qui améliorera la qualité de vie sur Terre pour la végétation et pour les animaux. Cela ralentira le réchauffement climatique. Celui-ci est à l’origine de plusieurs problèmes graves pour l’environnement comme, par exemple, la mort de plus de la moitié des coraux dans l’océan. Malheureusement, nous n’avons pas de solution de rechange… nous possédons une seule planète, une seule chance. Les manifestations seules ne font plus l’affaire. Il faut imposer des lois, des restrictions et amendes. À partir d’ici, c’est à nous de jouer.

Un grand pas pour nous, mais un petit pas pour l’avenir

Augmenter le nombre de lois pour protéger la Terre est essentiel si nous voulons que nos enfants puissent admirer notre seule planète, comme nous-mêmes le faisons. Il faut donc une législation plus sévère. Nous craignons que, sans loi, le monde pourrait exploiter la nature jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Les générations futures pourront alors voir ce qu’est une tortue, admirer la forêt, respirer l’odeur de l’arrivée du printemps, voir les saisons défiler sous leurs yeux. L’humain est la principale cause de toute cette pollution mais est aussi la solution. Nous sommes conscients que nous ne pouvons pas changer le monde du jour au lendemain. Mais petit à petit, en multipliant les initiatives environnementales, un jour peut-être, toute la Terre sera de nouveau en bonne santé. Parce qu’investir son argent afin de sauver notre planète c’est aussi sauver notre avenir. Et ce jour-là, nous pourrons dire que nous aurons réussi à surmonter la plus grande menace à laquelle aura fait face notre planète.

Sofia Bergeron, Marianne Biron, Marika Cantin, Élodie Caron, Wyatt Chassard, Elliott Deschenaux, Médéric Deschênes, Océane Lajoie, Zachary Lalancette, Rachel Lemire, Benjamin Marchand, Resia Mbuebue, Adeline Mostert, Benoit Royer, Lisalory St-Amand

Et les élèves de 2e secondaire de l’Institut secondaire Keranna