Une scène de Notre-Dame de Paris qui est présentée à Trois-Rivières.

Notre-Dame de Paris: un moment marquant

Jeudi matin, je me suis empressé de lire le compte rendu et l’appréciation de cette première du spectacle Notre-Dame de Paris, ainsi titrés Dans une classe à part.

Je partage entièrement l’appréciation élogieuse exprimée par François Houde. Qu’il s’agisse de la mise en scène, des chorégraphies ou de la prestation des artistes, M. Houde souligne, et avec raison, celles d’Esméralda (Hiba Tawaji), de Frollo (Daniel Lavoie), de Fleur de Lys (Valérie Carpentier). Il mentionne aussi: «aucun des chanteurs n’apparaît plus faible que les autres.»

Alors, j’ai été fort déçu que la prestation tant vocale que scénique de Quasimodo ne soit résumée qu’à Danse mon Esméralda qui arrache des frissons. Il s’agit pourtant d’une prestation magnifique, sublime comme le personnage, à la même excellence que celles soulignées.

Autres déceptions: le silence sur l’occasion que nous avons eue de manifester notre enthousiasme à M. Plamondon, compositeur, à M. Maheu, metteur en scène, et au chorégraphe, tous trois sur scène de même que sur la délicate attention envers Mme Carpentier, que de l’amener à l’avant-scène, en toute fin de tomber de rideau.

Cependant, je suis entièrement d’accord avec la conclusion de l’article de M. Houde: «C’est un moment marquant de la courte histoire de l’Amphithéâtre Cogéco, rien de moins.»

Robert Parenteau

Trois-Rivières