Selon l’auteur de cette lettre, le nombre de cas connus de résidences affectées par la problématique de la pyrrhotite serait de l’ordre de 1500, principalement situées à Trois-Rivières.
Selon l’auteur de cette lettre, le nombre de cas connus de résidences affectées par la problématique de la pyrrhotite serait de l’ordre de 1500, principalement situées à Trois-Rivières.

Nos élus… tous atteints de la «pire otite»!

OPINIONS / En réaction aux textes d’opinion de Marc-Olivier Gagné, intitulés «Victime de la pyrrhotite…» et «Jurez-vous de dire toute la vérité?», publiés respectivement le 3 et le 7 mars derniers.

Le coronavirus, vous connaissez? Le port du masque est recommandé pour ceux qui en sont atteints; la propagation de «COVID-19» est réelle et il faut l’éviter pour le bien-être collectif.

Malheureusement, en 2009, l’ignorance volontaire des mesures préventives et curatives, face à la présence du «bétonvirus», a fait beaucoup de victimes; le nombre de cas connus de résidences affectées par la problématique de la pyrrhotite serait de l’ordre de 1500, principalement situées à Trois-Rivières.

Le port du masque, par nos élus, face à ce «virus» qui affecte toutes ces familles trifluviennes, n’a pas freiné la contamination, toujours active, chez les victimes.

En effet, nos «zélus» se sont empressés de se couvrir le visage pour ainsi se déguiser en «Judas»; de vrais «Pilate masqués» qui se sont empressés d’abandonner les «pyrrhotisés» aux mains des Lavalin, qui, à leur tour, s’en sont lavé les mains!

Il y a quelques semaines, et pour la première fois en dix ans, un ministre du gouvernement fédéral, François-Philippe Champagne, rencontrait enfin les représentants de la Coalition d’aide aux victimes de la pyrrhotite (CAVP).

La CAVP voudrait qu’on leur verse, en compensation des dommages causés par la pyrrhotite, l’amende de 280 M$ qui a été imposée à SNC-Lavalin à la suite d’une fraude commise en Libye. Ce montant ne représente pas cependant l’ensemble des coûts pour couvrir en totalité les dommages subis par les sinistrés; 305 millions de dollars seraient nécessaires pour régler la facture du «Béton-de-Gruyère-de-Trois-Rivières».

Rappelons qu’il y a dix ans que Trois-Rivières vit «son déluge, sa grande marée et sa crise»; un désastre qu’on pourrait désigner sous l’appellation de «crise de la pyrrhotite».

Rappelons que l’inondation de 2017, de plusieurs résidences de Trois-Rivières «dans-Saint-Laurent» était prévisible! Et pourtant, c’est avec empressement que les autorités québécoises ont accordé jusqu’à concurrence de 159 208 $ à chacun des sinistrés de ces inondations.

Rappelons que la Ville et le gouvernement viennent d’investir plus de 53 millions de dollars pour la construction d’un nouveau Colisée dans la «ville-aux-mille-fissures»!

Rappelons que le financement, provenant de la Ville, pour certains événements culturels, représente près de 2 millions de dollars (964 300 $ pour le Grand Prix de Trois-Rivières, 400 000 $ pour le FestiVoix, 250 000 $ pour la Corporation des événements de Trois-Rivières, 218 000 $ pour la présentation de Danse Encore) et cela uniquement pour l’année 2018.

Rappelons que la Ville vient, par obligations légales, de dépenser près de 1,5 M$, soit l’équivalant d’environ 3 % du budget municipal annuel, pour la défense des quatre policiers dans l’affaire Alexis Vadeboncoeur.

Rappelons que la «bactérie mangeuse de béton» n’affecte pas seulement les structures; les victimes sont aussi contaminées que les fondations de leurs résidences.

Rappelons que pendant que des familles souffrent des conséquences de la pyrrhotite, des élus, eux, se disent être atteints de la «pire otite» pour prétexter ne rien entendre!

Rappelons que les drames humains, les détresses financières, familiales et psychologiques de nos voisins, de nos parents, de nos amis, de nos collègues, de nos concitoyens, sont réels et nous touchent profondément.

La population trifluvienne est lasse de ces dirigeants qui font la sourde oreille!

En 2020, il faudra que la Ville, de même que les gouvernements du Québec et du Canada, se rappellent et priorisent, lors de leur planification budgétaire annuelle, le «Grand-Prix-des-oubliés-pyrrhotisés»!

Jean Paquette

Trois-Rivières