Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Monsieur Trudeau en mi-mandat

Première constatation: M. Trudeau avait promis de faire une réforme pour un meilleur mode de scrutin. Promesse non tenue, une fois en place. M. Trudeau a mis cette promesse de côté. La démocratie est mal servie et le peuple en paye les conséquences. Les grands de ce monde vont continuer à être bien servis. Tous les partis font la même chose: une fois en place, on pense politique, on oublie ce qui serait bon pour la population.

Deuxième constatation: M. Trudeau avait promis la légalisation de la marijuana. En quoi cette promesse est-elle utile au peuple? Qu’avons-nous a gagner avec cette promesse? Jusqu’à maintenant, seules les compagnies ont le vent dans les voiles; il y a une compétition énorme pour savoir qui aura les permis requis pour vendre cette marijuana. Les compagnies qui produisent la marijuana à des fins médicales agrandissent leur production pour faire face à la demande de marijuana «sociale». D’autres compagnies naissent pour pouvoir mettre la main sur cette manne. Comme ce n’est pas encore légal, des commerces se font saisir et des problèmes légaux sont à venir. 

Des milliers de questions se posent, il n’y a pas d’uniformité entre les provinces, le fédéral a remis la gestion de ce problème entre les mains des provinces, mais qui émettra les permis? Le fédéral ou le provincial? Beaucoup de lobbying en perspective et beaucoup d’argent a faire.

Jusqu’à maintenant, les seuls gagnants: les grands de ce monde. La démocratie n’y trouve pas son compte car il n’y a rien pour le peuple.

Parlant de démocratie, quand M. Trudeau père a prononcé ces paroles: «Ce qui se passe dans la chambre à coucher, ce n’est pas de nos affaires», cela a été un baume pour une partie de la population et certainement un gain pour la démocratie.

La décision de M. Trudeau fils est et sera très négative pour la population. C’est une chose de permettre a des élèves de fumer un joint mais quand on met toute une population dans la merde pour remplir une promesse, c’est autre chose. 

Les Américains ont senti l’odeur de l’argent de ce côté de la frontière, ils ont déjà commencé à nous faire miroiter du «pot» avec un taux de THC très variable; belle guerre commerciale en vue. Comme si ce n’était pas assez, les Amérindiens auront le droit de vendre de la marijuana; nous pouvons donc annoncer en grande primeur que le coût de la marijuana amérindienne sera de 15 % inférieur au prix du marché. 

Est-ce bien ça qu’on voulait? Il faudrait demander à M. Trudeau.

Robert Landry

Trois Rivières