Marc Garneau, ministre fédéral des Transports.

Monsieur le ministre, en 2019, nous entendrez-vous?

OPINIONS / L’auteur, Robert Aubin, est député de Trois-Rivières à la Chambre des Communes.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, déclarait le 6 mars dernier que «le gouvernement s’intéresse à la proposition de train à grande fréquence dans le corridor Windsor-Québec que VIA Rail a faite puisqu’elle s’inscrit dans Transports 2030, notre plan stratégique pour l’avenir des transports.»

Sérieusement Monsieur le ministre, en 2019, après avoir consacré temps et argent en études de toutes sortes, c’est la meilleure réponse que pouvez offrir aux Trifluviennes et aux Trifluviens qui attendent depuis plus de 25 ans le retour de ce service?

Je milite pour le retour du train de passagers à Trois-Rivières depuis ma première élection. À l’époque, on se rappellera, vous et moi, que les conservateurs considéraient ce projet comme une dépense plutôt qu’un investissement. Jamais n’avaient-ils même considéré que ce mode de transport ait pu être un moyen efficace d’atteindre leurs faibles cibles de réduction des GES.

Depuis, votre gouvernement a semé de nombreux espoirs qui malheureusement n’ont pas trouvé leurs concrétisations. Pire encore, j’ai bien peur qu’à l’instar de votre budget 2018 qui nous avait laissés sans mot, celui de 2019 nous laisse, une fois de plus, sur la touche.

Pourtant, ce projet permettrait l’atteinte de nombreux objectifs que vous mettez de l’avant dans votre discours, mais qui tarde à se matérialiser.

À titre d’exemple, en annonçant le financement du TGF, vous pourriez confirmer votre volonté de lutter contre la congestion routière, de réduire les gaz à effets de serre(GES), d’accroître l’offre de mobilité interurbaine verte, de soutenir l’électrification des transports, de favoriser le développement économique régional ou d’appuyer le développement touristique.

Cependant, votre lenteur à prendre une décision est devenue votre marque de commerce. À ce compte, l’attente que vous nous imposez n’a d’égal que le temps que vous prenez à établir une véritable charte des passagers aériens, à mettre en place les recommandations du Bureau de la sécurité des transports (BST) à la suite de son rapport sur les événements tragiques de Lac-Mégantic ou à annoncer des mesures concrètes en matière d’électrification des transports, par exemple.

Le 26 février 2018, vous avez affirmé dans le Hill Times que vous prendriez une décision d’ici un an. Certes, l’échéance est passée, mais je veux bien être bon joueur si le budget prévu pour le 19 mars répond aux attentes des nombreux intervenants de Québec à Toronto qui font consensus sur la pertinence de la proposition de VIA Rail.

Faut-il le rappeler, le seul palier de gouvernement qui tarde à donner son aval au projet, c’est le vôtre. Le ministre des Transports du Québec et de très nombreux élus municipaux comme l’UMQ parlent d’une seule voie que vous ne semblez pas entendre.

En terminant, Monsieur le ministre, je vous exhorte de saisir l’occasion du budget pour faire du TGF une réalisation de votre présent mandat plutôt qu’une annonce à saveur électorale.