L’auteur de cette lettre s’adresse au maire de Louiseville, Yvon Deshaies, réélu pour un second mandat le 5 novembre dernier.

Moins de couleur, plus de transparence, SVP!

Lettre ouverte à monsieur Yvon Deshaies, maire de Louiseville.

Je désirais vous féliciter de vive voix pour votre éclatante victoire lors des dernières élections municipales, mais je me suis vite rappelé que vous m’avez sommé, pas plus tard qu’en mai dernier, de ne plus jamais vous adresser la parole sous prétexte que je passais mon temps à vous critiquer «dans les journaux». Je n’ai donc pas le choix de prendre la plume si je veux que mon désir devienne réalité. 

Monsieur Deshaies, je vous congratule de cet immense succès. Que près de deux électeurs sur trois aient choisi de vous accorder à nouveau leur confiance est loin d’être banal compte tenu de la qualité de vos opposants. Je pense que vous avez les coudées franches pour la suite des choses, surtout que les conseillères et conseillers élus semblent, toutes et tous, bien disposés à travailler avec et pour vous. Ce qui n’a quand même pas empêché certains ou certaines d’entre eux de vous inciter à la «prudence» lorsque vous parlez aux médias à titre de premier magistrat.

Lors de la réunion du conseil municipal tenue le 13 novembre en début de soirée, ce fut au tour de citoyens de vous enjoindre d’être plus réservé lorsque vous traitez en public de questions qui ne regardent pas la gouvernance de la ville. 

Aujourd’hui, c’est à mon tour de vous formuler une requête similaire. Comme vous ne le savez que trop, il m’est souvent arrivé de vous reprocher de parler trop comme maire de Louiseville que comme Yvon Deshaies, citoyen. J’ai bien aimé vous entendre dire que vous n’alliez plus parler au nom du conseil quand vous allez «sortir une sortie» sur des matières sujettes à controverses. C’est bien. Je vous saurais gré d’aller plus loin à compter d’aujourd’hui. Ne parlez plus du tout au nom de tous les citoyens. Monsieur Deshaies, je sais que vous possédez plusieurs chapeaux. Dorénavant, portez votre chapeau de citoyen quand ça va vous tenter de lancer des remarques loufoques, des affirmations gratuites ou des déclarations inconvenantes.

Dans un autre ordre d’idées, plusieurs de vos partisans sont persuadés que vous avez mis Louiseville «sur la mappe». Il y a un peu de vrai là-dedans, mais, selon moi, ce n’est pas toujours pour les bonnes raisons. Quand, par exemple, un animateur d’une émission d’affaires publiques d’une radio trifluvienne vous remet la palme du maire le plus divertissant du Québec, je ne peux pas dire que cet «honneur» me gonfle de fierté. Être maire, c’est sérieux. On doit approcher cette fonction avec tout le sérieux requis. Quand on interviewe le maire de Louiseville, je m’attends à ce qu’on lui pose des questions sur les dossiers chauds de sa ville et que ce dernier y réponde de façon claire et nette. Il me semble qu’on vous invite trop souvent à cette émission comme le «stand-up comic» de service! 

En terminant, monsieur le maire, je vous prie de consacrer à l’avenir toutes vos énergies et tout votre savoir-faire pour faire de Louiseville ce qu’elle mérite d’être: une communauté d’exception où il fait bon vivre. Gardez votre franc-parler, mais, de grâce, réservez-le pour parler des «vraies affaires», celles qui concernent notre municipalité. Vous serez peut-être moins coloré, mais sûrement plus transparent!

Michel Neveu

Louiseville