Modestie et solidarité

OPINIONS / La question du sondage du 17 mars sur les ondes du FM 106,9 au sujet de la COVID-19 se lisait ainsi: selon vous, est-ce que le gouvernement Trudeau aurait dû fermer la frontière, y compris avec les Américains? Le résultat: 78 % des répondants ont dit oui et 22 % ont dit non.

Ces personnes qui ont répondu massivement «oui»: avez-vous pesé chacun des mots de cette question? La même journée, dans le Journal de Montréal, les commentateurs habituels dans la rubrique Opinions, s’en sont donné à coeur joie et sur Justin Trudeau et sur sa recommandation de laisser la frontière ouverte avec les États-Unis. Les Facal, Legault, Côté et Bombardier dénoncent la façon de faire du premier ministre, tandis qu’un autre va jusqu’a avancer que Justin Trudeau pourrait avoir des morts sur la conscience, encore en a-t-il une?

C’est ça écrire, agir en toute liberté d’expression? C’est n’importe quoi!

Mesdames et messieurs qui portez sur vos épaules la section Opinions du Journal de Montréal, calmez-vous les pompons! Qu’allez-vous faire des marchandises qui passent aux frontières, des produits pharmaceutiques qui transitent? Il en va de l’économie des Canadiens.

Ça se peut qu’il y ait des ratés dans la gestion de la présente crise. Rien n’est parfait, acceptons-le, disait Bernard Drainville, chroniqueur dans un commentaire au 106,9 en début de semaine. Ça évolue rapidement cette crise de la COVID-19 et en temps réel, on ne prévoit pas tout.

Je partage l’opinion de cet intervenant qui exprimait que l’économie était relayée au silence au profit de la santé seule. Cette crise va toucher rapidement une foule de travailleurs, beaucoup de petites PME. Ça va coûter combien et faire combien de victimes? Et une autre intervenante d’une tribune téléphonique s’interrogeait sur les raisons pour lesquelles les autorités ont tout fermé, les cinémas y compris. Ç’aurait été un beau loisir pour nos jeunes ados, en congé forcé.

La crise actuelle n’est-elle pas une occasion de se serrer les coudes au lieu de faire de la partisanerie avec cet événement? Je pose la question à l’ensemble des députés, tous partis confondus, aux niveaux provincial et fédéral, et également aux animateurs et animatrices de radio et d’autres médias.

André Gendron

Shawinigan