Mes vœux pour 2018

C’est pour ma part à bras ouverts et le visage découvert que j’attendais la nouvelle année comme le veut ma nouvelle chum la loi 62.

Je vous souhaite à tous le gros bon sens, qu’en entrant dans un magasin, on me dise «bonjour-hi» ou bien «buongiorno», je serai indifférent. Je veux qu’on discute simplement avec la langue dans laquelle l’autre semble le plus à l’aise.

Même si #Canada150 est derrière nous, je vous souhaite de pouvoir célébrer l’histoire sans s’enfarger dans les fleurs du tapis avec le patrimoine/matrimoine/pa-matrimoine. Qu’on accepte les mots avec leur genre au même titre que l’on accepte les individus avec leur identité de genre.

Je vous souhaite bien de la modération. Ce n’est pas parce que notre premier ministre prend la marijuana pour des feuilles de thé que ce l’est. Le gouvernement a déjà lancé ses publicités ayant pour thème «Ne conduis pas gelé.»

Je vous souhaite que nos politiciens se réveillent. Que Trump lâche son compte Twitter et que Justin se concentre sur autre chose que son toupet et ses selfies. 

Je vous souhaite que les équipes sportives de Montréal se réveillent. Mettre Michel Therrien à la porte n’était pas la solution la plus winner. Merci Shapovalov de nous avoir donné tout cet espoir à la Coupe Rogers.

Je vous souhaite de vous remettre de la fermeture de La Pitoune à la Ronde. Je ne comprends pas pourquoi ils l’ont fermée. Ce n’est toujours pas comme si nous n’avions pas été assez inondés ou bien que nous n’avions pas reçu assez d’ouragans au début de l’automne.

Je vous souhaite du courage, de vous lever pour défendre vos convictions, de ne pas avoir à attendre un #MeToo pour dénoncer et pointer du doigt devant public.

Je vous souhaite moins de Kim Jong-un, moins d’armes nucléaires, moins de guerre référendaire catalane, moins de trafic sur les autoroutes, plus de Charlotte Cardin et plus d’audace.

Je vous souhaite moins de nids de poule, moins de cônes orange, moins de Formule E (merci Valérie Plante). Je vous souhaite de moins stresser avec l’ALENA et de peut-être enfin comprendre le fonctionnement SPVM-UPAC.

Je souhaite une meilleure conjoncture économique à Bombardier et de plus belles statues de cire de Justin Trudeau.

Je vous souhaite de respecter les autres; le mérite et la valeur d’autrui sont souvent à découvrir. Les jeunes ne sont pas des êtres primitifs insensibles au reste du monde contrairement à ce que nous a montré Patrick Lagacé dans sa «Lettre ouverte aux milléniaux». Moins de Despacito et plus de noms correctement écrits sur les verres au Starbucks.

Puisse 2018 être la plus belle des années! À vous, à moi, à nous, au monde entier, je lève mon verre!

Samuel Rousseau

Trois-Rivières