Roger D. Landry

Merci, Monsieur Landry!

OPINIONS / En décembre 1994, grâce au Conseil régional de la culture, qui avait initié l’événement «L’Excellence en région», j’ai participé au Salon des métiers d’art de Montréal.

J’y avais alors exposé une sculpture en acier et émail sur cuivre d’environ 1,5 mètre de hauteur.

Le lendemain du vernissage, je reçois un appel téléphonique disant: «Mon nom est Roger D. Landry. J’ai vu hier une de vos sculptures. J’ai un projet, et je pense que vous pouvez le réaliser. Est-ce que je peux vous rencontrer?»

Quelques jours plus tard, monsieur Landry visitait mon atelier et m’a dit ce qu’il souhaitait.

Quelques mois plus tard, je terminais une sculpture murale de plus de deux mètres de hauteur en bronze et laiton. J’en ai fait l’installation à l’époque dans sa luxueuse résidence de Tropiques Nord, à Montréal.

Lorsqu’il est déménagé à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, nous l’avons alors réinstallée là.

Je fus toujours extrêmement impressionnée par cet homme qui à travers une seule sculpture a décelé ce qui m’habitait. Son regard et la conviction de son timbre de voix m’ont apporté la confiance pour répondre à ses attentes.

L’année suivante, il acceptait généreusement d’être président d’honneur à mon exposition au Centre des arts de Shawinigan. Il savait valoriser et donner des ailes à qui pouvait s’envoler.

Toute ma reconnaissance, monsieur Roger D. Landry, pour m’avoir encouragée dans la poursuite de ma carrière de sculpteure jusqu’au niveau international.

Solange Lefebvre

Sculpteure

Trois-Rivières