Les conseillers François Bélisle et Mariannick Mercure, deux des élus qui ont voté contre le budget.

Merci aux conseillers qui se tiennent debout

Je voudrais remercier les huit conseillers qui ont eu à cœur de voter contre le budget. Je ne peux pas en dire autant des autres; est-ce les bonbons du maire qui ont fait en sorte qu’il y en a, pour ne pas déplaire au roi, qui ont décidé de voter pour?

Je suis surpris, d’ailleurs, de la dame qui avait écrit dans Le Nouvelliste, dans l’édition du 26 novembre 2016 (opinion du lecteur) un texte qui s’intitulait «La belle d’à côté s’habille chez Versace». J’espère que cette conseillère va se reconnaître. J’ai tellement aimé ce texte, que je l’ai conservé dans mes archives, mais je ne peux comprendre comment cette dame a pu voter pour le budget. C’est soit l’intimidation ou les bonbons que le maire offre pour les acheter. 

Savez-vous, mesdames et messieurs les conseillers, quelle est la moyenne salariale des gens de Trois-Rivières? Savez-vous que de dépenser de l’argent, pour les grands projets du maire, va nous conduire directement à des augmentations de taxes et à l’abandon des choses essentielles pour notre ville ? 

Quand tu reçois une augmentation de 400 % de taxes en augmentant les évaluations des propriétés, on appelle cela de l’aveuglement et ça veut dire que la ville n’arrive pas dans ses budgets. Et ne croyez surtout pas que vous êtes riches, parce que si vous achetez une autre propriété, vous allez payer aussi cher. Mais ceux qui seront les plus pénalisés, ce sont les jeunes qui voudront s’acheter une propriété. 

Je voudrais également en profiter pour parler du magnifique cadeau empoisonné que l’organisation du Canadien de Montréal a fait concernant la patinoire réfrigérée. Je ne savais pas que la ville s’était embarquée avec un investissement de 1 million $ pour ce magnifique projet. Si j’avais un souhait pour l’année 2018, ce serait l’abandon du futur colisée, parce qu’avec tout l’argent qui va être investi dans cet éléphant blanc, cela va encore nous coûter les yeux de la tête. 

Et qu’arrivera-t-il des autres infrastructures (vieux colisée, aréna Jean-Guy-Talbot, etc.)? Les arénas peinent à se remplir et surtout la population peine à joindre les deux bouts. 

Pourquoi un colisée de 5000 places? Encore un autre fantasme du maire. Il faudrait adopter la formule utilisateur-payeur et arrêter de subventionner à la cachette ces luxes-là à même nos taxes.

Je souhaite beaucoup de courage aux conseillers qui ont à cœur de nous protéger contre les loups.

Sylvain Fréchette

Trois-Rivières