Mauvaise conseillère

L’auteur, Pierre Montreuil, est conseiller du district du Carmel, à Trois-Rivières. Il s’adresse ici au maire Yves Lévesque.

En décembre dernier, après une période de débat musclé, je vous ai fait remarquer monsieur le maire, que la rancune était mauvaise conseillère. Devant tous les élus, vous m’avez clairement répondu: «Je ne suis pas rancunier.» Comme nouveau conseiller municipal, j’ai voulu vous croire.

Sept mois plus tard, après toutes vos déclarations négatives à l’endroit des personnes qui ne partagent pas votre vision, comment ne pas douter de votre capacité à être un leader positif? Avec l’arrivée d’un nouveau directeur de cabinet en août, vous avez une autre occasion de calmer le jeu. Saurez-vous la saisir?

Après tout, il reste plus de trois ans au présent mandat. Tous et toutes – élus comme fonctionnaires – veulent travailler pour le meilleur de la Ville sans subir des tensions inutiles. La diversité d’opinions est souvent porteuse d’innovation. Il faut accueillir cette diversité et non la réprimer car «Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin».