Mariannick Mercure

Mariannick, le messie de la religion climatique

OPINIONS / Depuis des semaines, Mme Mercure utilise sa page Facebook dans le but de provoquer ses collègues pour obtenir ce qu’elle veut, tel un enfant roi avant Noël dans un magasin de jouets. Certains se souviennent de son attitude lors de la marche sur le climat lorsqu’elle sort de son code de déontologie pour faire un sermon climatique en traitant monsieur Lévesque de criminel climatique. À partir de ce moment, j’ai vu le manque de maturité de cette personne.

Récemment, elle a publié sur sa page Facebook une photo qui affirmait que l’opinion des gens ne voyant pas d’urgence climatique n’avait aucune valeur. Ma question pour la conseillère serait la suivante: est-ce que tous les citoyens de votre district sont écoanxieux? La réponse est non, évidemment. Alors vous devez respecter l’opinion de tout le monde et représenter vos citoyens avant vos intérêts personnels.

Peut-être parce qu’elle manque d’attention ou de reconnaissance depuis quelque temps, madame Mercure a décidé de se lancer dans les capsules vidéo. Évidemment, il fallait s’y attendre. Pourquoi dis-je ceci? La raison est simple. Elle exerce son pouvoir politique de la même manière que madame Dorion: mépris des institutions, se présente comme militante et pour finir est obsédée par le transport en commun.

Il est important de bénéficier d’un service de transport en commun, mais nous devons nous adapter à ce que la population souhaite. Si les Trifluviens sont confortables dans leurs voitures, arrangeons-nous pour qu’ils le demeurent tout en développant le transport en commun.

Évidemment, il aurait été préférable d’expliquer son point de vue en demeurant diplomate et professionnel, mais dans le cas de madame Mercure, elle y est allée de vidéos et de textes associant le financement du GP3R au manque de financement à la STTR. Quel raccourci décevant !

Tout ceci me laisse sur une question précise: que cherche madame Mercure? Plaire à sa petite base d’écoanxieux ou travailler pour les quelque 130 000 Trifluviens? Si elle dit travailler pour les Trifluviens, qu’elle le prouve. Madame Mercure mérite-t-elle de siéger dans une institution comme l’hôtel de ville de Trois-Rivières? Puisque celle-ci semble uniquement vouloir provoquer et porter sa vision sans se soucier des besoins de la population.

On pourrait croire que la conseillère Mercure vous écoute uniquement si vous êtes d’accord avec elle. La preuve: elle supprime de sa page Facebook les personnes qui ne sont pas d’accord avec elle. Quelle belle démocratie...

Son obsession envers le climat commence à déranger plusieurs citoyens. Si vous n’êtes pas une politicienne, mais une militante, alors procurez-vous une carte de membre et allez militer. Pour ce faire, vous laissez votre siège à une personne qui effectuera le travail dans les règles. Si vous désirez rester, agissez comme une personne digne de ses fonctions et travaillez pour la Ville et non pour votre propre cause.

L’environnement, c’est très important, mais sincèrement ne portez pas ombrage à notre ville comme vous le faites.

Luc Gervais

Trois-Rivières