Manon Massé

Manon Massé a marqué plusieurs points

Manon Massé n’est pas Françoise David; mais elle s’en est sans doute inspiré pour marquer des points dans le débat du 13 septembre. Comme le signalait un ami, «pendant que les coqs s’époumonaient, le regard de Manon dégageait empathie et émotion». Sa détermination et sa perspicacité lui ont permis de marquer plusieurs «gros buts»! Je résumerais sa participation ainsi: le minimum de mots pour le maximum de contenu.

Là où Manon Massé s’est particulièrement démarquée des Couillard, Legault et Lisée, qui ont écoulé du temps sur l’Ontario et les tests à Legault, c’est sur les points suivants:

1 - Il faut cesser de parler d’environnement en ne proposant que des «mesurettes»; il faut surtout se donner des objectifs ambitieux en vue de la transition énergétique. Elle a été la seule des quatre à aborder la question de l’eau, «l’or bleu du Québec», en exigeant des augmentations significatives des redevances pour les entreprises qui en font l’extraction ou l’utilisent dans leur processus de fabrication.

2 - Sur la santé, après avoir exposé comment le personnel de la santé est rendu à bout de souffle, elle a expliqué comment Québec solidaire formule le choix d’aller chercher l’argent là où il se trouve: aux mains des médecins et des grandes pharmaceutiques afin de développer le secteur public de la santé avec des CLSC ouverts 24 heures sur 24.

3 - En ce qui concerne le salaire minimum: «C’est demain qu’il faut l’augmenter à 15 $ l’heure pour que les plus pauvres puissent sortir la tête de l’eau.»

4 - Dans la partie du débat portant sur la gestion de l’offre dans l’Accord de libre-échange, Manon Massé a remis en question la portée et les contraintes de ces accords. Alors que François Legault affirmait qu’il irait chercher à Ottawa des pouvoirs par petits morceaux, Mme Massé rétorquait que la seule façon d’aller chercher ces pouvoirs, c’est en devenant indépendant de l’État pétrolier canadien.

5 - À la question visant à identifier son rêve pour le Québec, la réponse de Manon Massé a été: «Qu’on se lève debout et qu’on cesse de prendre des décisions économiques telles que celles prises par les vieilles classes politiques et qui nous conduisent dans un mur.»

Définitivement, Manon Massé n’a pas le même profil que ses trois collègues. Pour un premier débat comme candidate au poste de première ministre, elle a su se servir de son calme sympathique pour présenter les principaux points de la plateforme de Québec solidaire, plutôt que de s’immiscer dans la pagaille trop souvent entretenue par les trois autres candidats.

André Lavoie

Notre-Dame-de-Montauban