Mal parti pour les piétons...

OPINIONS / Lettre adressée au comité sur la mobilité durable et la sécurité routière de la Ville de Trois-Rivières.

Les déplacements à pied, pour le loisir ou par nécessité, tel que pour aller prendre l’autobus, devraient faire partie des priorités pour une ville qui vise à développer une mobilité durable. Le transport actif et le transport en commun ne sont-ils pas d’ailleurs une solution abordable pour répondre aux ambitions d’une ville qui depuis déjà dix ans vise la réduction des gaz à effet de serre (GES)?

Cela ne semble toutefois pas être une priorité pour la Ville de Trois-Rivières. Même cinq jours après la tempête de neige de lundi dernier, l’état des trottoirs est lamentable. C’est inacceptable et totalement irresponsable de ne pas entretenir les voies pédestres à ce point. Un trajet de cinq kilomètres m’a fait perdre mon latin tellement la circulation sur les trottoirs était périlleuse. Ces tronçons de trottoirs mal entretenus sont pourtant, pour plusieurs d’entre eux, des endroits critiques selon la Ville.

Une telle négligence d’entretien ne me laisse pas indifférent envers ceux qui n’ont guère le choix de se déplacer à pied. Comment voulez-vous qu’une personne âgée puisse se rendre à l’autobus où puisse circuler avec de telles conditions aussi périlleuses et dangereuses? Oubliez ça pour la chaise roulante! Pour plusieurs citoyens, les trottoirs sont leurs seules et uniques voies de déplacement. Et il n’est pas question de rues secondaires ici, mais de voies d’accès principales (Laviolette) vers le centre-ville. Même les trottoirs du centre-ville et le parvis de l’hôtel de ville étaient dans un piteux état.

Nous n’étions pas, ce samedi 16 novembre dernier, en plein cœur d’une tempête de neige ni même le lendemain, mais bel et bien cinq jours plus tard! Pourtant, pendant ce temps, tout l’espace consacré aux automobiles était dans un parfait état. L’asphalte était sèche et sans aucune accumulation ou monticule de glace. Je me demande encore pourquoi je n’ai vu personne ni aucun engin s’affairer à améliorer l’état des trottoirs. Aors que j’ai croisé un gros camion de déneigement, rempli de sel ou de sable, qui cherchait inutilement un quelconque endroit où répandre son chargement. L’automobile et encore l’automobile avant tout...

Est-ce trop demander à la Ville de Trois-Rivières de mettre réellement l’accent sur le transport actif et collectif et agir en conséquence? Pensez-vous vraiment qu’on a le goût d’adhérer à cette bonne idée qu’est le transport actif et collectif avec des trottoirs glacés et même inaccessibles pendant une bonne partie de l’année?

Pour le moment, l’hiver n’étant même pas arrivé, c’est très mal parti pour être piéton à Trois-Rivières.

Francis Fortin

Trois-Rivières