Ma femme et notre maison avaient le cancer

En 2014, mon épouse et moi commencions à penser vendre notre propriété qui était devenue trop grande pour nous deux seuls. Notre maison ayant été érigée en 2002 et construite par un contracteur qui, nous le savions, avait des résidences qui devait être levées et réparées à cause de la pyrrhotite, nous avons donc fait faire le test de nos fondations. Le couperet est tombé. Notre maison avait elle aussi un cancer, comme disait ma femme, car nous avions appris quelques semaines auparavant qu’elle était atteinte d’un cancer du sein.

Nous nous sommes occupés de la santé de mon épouse qui a reçu des traitements de radiothérapie.

Par la suite, en 2016, nous avons évalué les possibilités qui s’offraient à nous. Il y en avait trois: 1) la faire réparer, 2) la laisser se détériorer, 3) ou la vendre à rabais. Comme nous n’étions plus couverts par la garantie des maisons neuves, nous avions plusieurs centaines de livres de stress sur nos épaules, comme beaucoup d’autres personnes avant et après nous. Nous avions entendu plusieurs histoires d’horreur: des séparations, des suicides, des divorces, des faillites. Nous avions des craintes et des peurs très justifiées.

Cette année-là, nous avons rencontré plusieurs entrepreneurs car nous avions fait le choix de la réparer. L’entrepreneur que nous avions choisi était complet en contrats pour 2017. Il nous avait fait bonne impression et nous avions confiance en lui. Nous avons donc décidé de l’attendre.

La réparation s’est faite cette année et nous n’avons jamais regretté notre choix. Un homme empathique qui nous enlevait plusieurs livres de pression sur nos épaules. Tout semblait facile avec lui. La qualité de ses services était omniprésente au quotidien.

Vous savez, lorsque vous vivez une forme de drame, tout est important.

À notre âge, nous voulions absolument un «clé en mains». Mais il nous a ouvert aussi la clé de la confiance. Humble, il sera embarrassé, s’il lit cet article.

Monsieur Houle (Construction André Houle et fils inc.) mon épouse et moi avons vécu comme beaucoup d’autres personnes de la région un drame familial et personnel ($). Mais grâce à vous, nous avons traversé une mer houleuse sans encombre avec un excellent capitaine. Notre maison et notre couple sont arrivés à bon port.

Lorsque ça va mal, il est important de le dire. Mais lorsque ça va bien, il est primordial de le dire aussi.

Nous vous levons notre chapeau. Un seul mot simple mais qui exprime tout: MERCI.

André Bertrand

Trois-Rivières