Louiseville: une décision inappropriée, irréfléchie et prise à la va-vite?

Les citoyens de Louiseville ignorent toujours si «leur» centre communautaire, fermé préventivement le 12 septembre dernier après que l’on eut constaté l’apparition de fissures, sera réparé ou s’il tombera sous le pic des démolisseurs. La plupart d’entre eux sont toutefois au courant que leur conseil municipal a adopté, lors de sa dernière assemblée publique régulière, un règlement d’emprunt de 1 232 000 $ pour procéder à la construction d’un boulodrome.

Oups! Est-ce que les élus auraient par hasard pris une décision un peu trop prématurée? N’aurait-il pas été préférable, pour eux, de connaître le sort de l’actuel centre communautaire avant d’aller plus loin avec le projet ci-haut mentionné?

Personnellement, je réponds oui aux deux questions. J’estime que la décision du conseil annoncée le 9 octobre fut prise trop rapidement et de manière irréfléchie. Pourquoi? Parce qu’on ne connaît pas l’issue de la «saga» du centre communautaire.

Présumons, pour fins de discussion, que l’on doive procéder à la démolition de cet important équipement récréatif et communautaire. Il tombe sous le sens que des pressions vont vite s’exercer de tous bords tous côtés pour que la Ville se dote d’un nouvel équipement en mesure de remplir les mêmes fonctions que «son prédécesseur».

Ce complexe multifonctionnel pourrait, entre autres, abriter des terrains de pétanque pour le plus grand plaisir des amateurs de cette activité sportive. Je dis donc: attendons un peu, il n’y a pas d’urgence, il sera toujours temps d’emprunter un somme d’argent en vue de la construction d’un boulodrome ou d’un autre équipement qui pourrait servir à toute la population de la ville de Louiseville.

C’est pour cette raison que j’invite toutes les citoyennes et tous les citoyens habiles à voter à aller signer le registre pour que ce fameux règlement d’emprunt fasse l’objet d’un référendum.

Ce registre sera accessible le mercredi 31 octobre de 9 h à 19 h à l’Hôtel de ville, situé au 105 rue Saint-Laurent, Louiseville.

Pour qu’il y ait scrutin référendaire, il faut qu’au moins 500 personnes signent ledit registre.

Alors, gens de Louiseville, le jour de l’Halloween, on va signer pour qu’on puisse ensuite, dans une période préréférendaire, entreprendre une discussion sérieuse et réfléchie sur le genre d’équipements dont la population a besoin pour se récréer et s’épanouir.

Michel Neveu

Louiseville