Liberté d’opinion?

La liberté d’opinion de toute personne ou compagnie qui ne pense pas comme le premier ministre canadien et ses amies et amis, n’existe plus. Dès qu’une compagnie refuse de signer qu’elle est d’accord avec l’avortement et autres demandes des LGBTQ2, elle n’est plus éligible à des subventions fédérales lors de l’embauche d’étudiants, en été.

Vive la liberté d’opinion et d’expression au Canada!

Marie-Andrée Groarke

Trois-Rivières

Les jouets de la religion

En réaction à la lettre de Maurice Milot intitulée «Je sais que je ne sais rien», publiée dans notre édition du 27 janvier dernier.

À mon avis, cet homme vise dans le mille. Ses écrits concernant la foi et la religion résument bien la pensée de nombreux ex-catholiques et représentent beaucoup plus qu’une mode, mais plutôt une tendance réfléchie. Je ne possède aucune statistique à cet effet mais il semble que les agnostiques sont en multiplication rapide au Québec. Un signe des temps diront certains.

Il y a à peine 20 ans, j’étais mal à l’aise de douter de Dieu. Je craignais un peu qu’il m’en veule de remettre en question son existence. Une conséquence du savant lavage de cerveau d’hier. Au risque de paraître prétentieux et donc d’en froisser plusieurs, j’en conclus que notre peuple qui s’est scolarisé depuis le milieu du siècle dernier, a accepté de se remettre en question et s’est donné le droit de prendre ses propres décisions. Conséquemment, la religion a foutu le camp en dépit de ses multiples avantages.

Dans un second épisode, la foi n’est plus absolue chez de plus en plus de gens. Je suis de ceux qui admettent ne pas savoir. Il n’y a aucune preuve scientifique de l’existence d’un Être suprême. S’il constitue la vérité, la justice, la bonté et la vie, alors où était-il et que faisait-il lors du séisme en Haïti qui a fait plus de 200 000 morts?

Je continue à cheminer dans ma réflexion et, comme M. Milot, je laisse la religion avec ses jouets, tels la prière, les sacrements, les dogmes et le saint Esprit.

Roger Matteau

Shawinigan