L’hébergement en CHSLD: oui mais à quel prix?

En réaction à la lettre d’opinion de Francine Rochette intitulée «Ils l’ont fait!», publiée dans notre édition du 7 janvier dernier.

Je voudrais faire suite à l’article de madame Francine Rochette du 7 janvier 2019, relativement à la hausse du prix du loyer des résidents dans les CHSLD qui est passé de 1867,51 $ à 1910,40 $ par mois.

La RAMQ administre le Programme de la contribution financière des adultes hébergés, soit en CHSLD, en CR (centre de réadaptation) ou en CH. Cette contribution sert à payer une partie des coûts reliés au gîte et au couvert, tels l’alimentation, l’entretien ménager et le chauffage. D’autres articles et services plus personnels sont à la charge des résidents, soit les services de coiffure et les articles de soins personnels.

Pendant que l’organisation du système de santé de nos jours – et d’ailleurs depuis longtemps – s’affaire à essayer de trouver des solutions aux problèmes de pénurie du personnel de gestion, le malade (le bénéficiaire) lui, subit les contrecoups.

Je suis tanné d’entendre parler des responsables de communication dans les CIUSSS d’actualisation, de rajeunissement ou de consolidation dans la gestion du système de santé. Je trouve que l’on se gargarise de mots!

La santé, l’hébergement en CHSLD, oui, mais à quel prix?

Arrêtons-nous, en ce début d’année 2019, pour réfléchir sur les choses essentielles qui préoccupent ces personnes âgées et leur besoin de respect, de dignité humaine. Pour moi, c’est un privilège de vivre comme personne rendue a l’âge de 65, 70 ans et davantage et l’on pourrait remettre à l’avant-scène ces mots d’actualisation, de rajeunissement et de consolidation pour redorer davantage ces valeurs humaines et utiliser les sommes d’argent nécessaires et prévues pour ces exercices.

Au rythme où vont les choses, j’ai peur qu’un même sort me soit réservé lorsque j’atteindrai cet âge d’or.

André Gendron

Shawinigan