L’extrémisme politique

M. Couillard, pour un changement et pour rajeunir son parti, s’entoure d’un groupe de jeunes. Mais quel changement y aura-t-il? Si changement il y aura, ce ne sera pas pour un avancement culturel, mais bien pour une sous-culture. Nous pourrions en faire une analyse éclairante. Je me contenterai de signaux évidents. La génération de ces jeunes adultes ou en devenir, est ignorante du danger et de la sous-culture des religions, parce que contrairement à la mission éducative scolaire et universitaire pour plus d’instructions et d’un savoir; le cours ECR (Éthique et culture religieuse) en son volet Religion, présente les religions de façon doctrinale et non dans un contexte historique. Tout est bon, tout est cool... On ignore que la laïcité unit et que les religions divisent, alors la porte est ouverte, tout est mis sous le même pied d’égalité, la diversité sous quelque forme qu’elle soit ou sous n’importe quelle pratique, est présentée comme un plus; alors que la réalité est toute autre. Un plus oui, mais un plus positif ou un plus négatif? Cela on le cache, sans quoi on serait taxé de x et de x, vous devinez n’est-ce pas? La Révolution tranquille nous a projetés en avance, l’air libéral semble nous faire reculer.

Dans le Huffington Post du 14 août, Maxime Bernier a raison de dire que Justin Trudeau – et on pourrait ajouter le Parti libéral – s’en va dans des extrêmes du multiculturalisme. Des extrêmes, c’est jamais bon. Dans quel parti est le juste milieu?

Serait-ce la CAQ? C’est à voir...

Andréa Richard,

écrivaine

Trois-Rivières