L’exercice de la liberté

Nous vivons dans un pays de libertés. Malgré celles-ci, nous devons conjuguer certaines coercitions; elles aussi sont pour rehausser sinon assurer la qualité de vie et de cette Liberté avec un grand «L». Même si la Liberté est une illusion, nous la chérissons toutes et tous, et notre foi en elle dépasse ses contradictions.

Nous serons bientôt devant l’addition d’une nouvelle liberté: celle de consommer ou non ce fameux cannabis aux vertus douteuses. C’est ça la liberté ou plutôt, l’exercice d’une liberté: user de notre seul jugement à la consommation ou non des bonnes choses de la vie.

C’est Épicure qui nous enseigna que c’était dans la modération que la vie avait bien meilleur goût. L’expérience nous l’a aussi bien fait comprendre. Ainsi va l’humain: il apprend et comprend beaucoup plus par l’expérience que par les livres et l’école.

Mais il faut une bonne dose de chance pour éviter les écueils d’expériences audacieuses. Où mettre la limite pour une liberté maximale, sinon optimum ? Nous sommes seuls à tirer la ligne et aucune loi des hommes ne saura jamais la tracer avec certitude. Il n’en tient toujours qu’à soi pour se guider sur ce chemin difficile et illusoire de la liberté. Il faut apprendre souvent à dire «c’est assez» et quelques fois (surtout) à dire «non merci, pas pour moi».

La marijuana: oui à sa légalisation; non à sa consommation.

Un bel exemple des paradoxes de la liberté et de son exercice quotidien jusqu’à mort s’en suive !

François Champoux

Trois-Rivières