L’espérance: un rendez-vous secret qu’on donne à la chance

Réflexion, méditation, discussion intérieure, délectation. Si un texte, à sa lecture, suscite en moi ces qualificatifs, je me dois de constater que c’est un bon texte. C’est ainsi que le mercredi 27 décembre, j’ai eu le grand plaisir et le contentement de lire les trois excellents écrits de la page «Opinions» du Nouvelliste; celui de M. Gérard Marier, de M. Roger Matteau et de Mme Noëlla Champagne. Tous, à leur façon, ont fait naître en moi ce désir de partager des pensées et des idées et pourquoi pas, des convictions?

Je ne reprendrai pas ici le thème de chacun de ces textes, j’essaierai d’en faire une synthèse. En définitive, chacune de ces personnes, avec un peu de nostalgie, jette un regard sur le passé mais se projette vite sur l’avenir. Chacun en pensant détenir «la» vérité. Mais, il ne faut pas oublier qu’une croyance forte ne prouve que sa force, mais ne prouve pas nécessairement que ce qu’on croit soit vrai.

Il existera toujours en nous ces grandes questions existentialistes qu’a fait naître la religion enseignée depuis notre enfance, mais aussi par la science, qui nous en apprend chaque jour un peu plus, en documentant objectivement ses recherches et ses progrès. Compte tenu de cela, je pense que peu de personnes croient encore aujourd’hui à la création spontanée, mais abondent plutôt dans le sens de l’évolution du genre humain. Pour ce qui est de l’existence de Dieu, je crois qu’au-delà de toute religion il y a une intelligence suprême, créatrice de la vie.

Pour ma part, mon quotidien: repas, ménage, mon conjoint, mes enfants et petits-enfants ont paré le sens de ma vie et je crois que c’est le summum des valeurs humaines.

Par ailleurs, tout le monde rêve d’un avenir meilleur. Chacun espère qu’on en revienne à des valeurs fondamentales de justice et de respect. Ce dont je rêve également.

Réjeanne Matton

Shawinigan