L’auteur de cette lettre dénonce la manière avec laquelle sont traités les personnes âgées.
L’auteur de cette lettre dénonce la manière avec laquelle sont traités les personnes âgées.

Les vieux «sert-pu-à-rien» piégés dans des mouroirs

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Incroyable mais vrai. Qui l’eût cru? Croyez-le, les vieux sont outrés de se voir traités avec autant d’irrespect. Vieillir devient une honte. Toutes les occasions sont bonnes pour éviter qu’ils restent vieux trop longtemps.

Depuis que cette faucheuse COVID-19 survole la planète en quête de proies, on ne cesse de nous marteler jour après jour, nous faisant croire que nos aînés doivent être protégés en priorité, de ce tueur sans scrupule. On insiste outrageusement pour que les aînés se sentent vieux. Chose que la plupart, trop occupés, n’ont pas encore eu le temps de penser. On parle beaucoup, mais rien n’est fait.

On a réussi à créer deux mondes différents: le vrai monde normal et le monde des aînés. Comme si les aînés n’étaient plus du vrai monde. Un monde compliqué à gérer et qui coûte une fortune à la société.

On les a confinés dans leur CHSLD et/ou leur résidence, coupés du monde extérieur sous prétexte de les préserver. Ils ne peuvent se transmettre le virus entre eux, puisqu’ils ne sortent pas de l’établissement. Seuls des agents extérieurs peuvent les contaminer. Aucune mesure n’est mise en place pour vérifier les entrées et les sorties du personnel pour s’assurer qu’aucun ne soit porteur du virus. On a laissé grandes ouvertes les portes de la bergerie et le loup s’y est glissé.

Durant ce temps, l’autre monde s’en tire à bon compte. Il semblerait que la vie n’ait pas la même valeur pour tous. Un enfant, un ado ou un adulte atteint, cause tout un émoi. Des centaines d’aînés meurent jour après jour sans que l’autre monde ne soit trop perturbé. Nos aînés sont devenus des oubliés, une simple statistique. Alors qu’ils meurent dans des conditions inhumaines, du coronavirus, de la faim ou par manque de soins de base, on prend tout notre temps pour étudier la situation, au lieu de prendre en urgence les mesures adéquates d’intervention et tous les moyens pour les sauver. Les personnes contaminées sont laissées avec celles qui ne le sont pas, au lieu de les séparer et de voir à intervenir selon la situation de chacun, comme si de mener le troupeau à l’abattoir était la seule solution envisageable. Il semble plus important de chercher un coupable que la bonne solution.

Nous avons tous vu récemment des escouades importantes débarquer dans des usines à chiots alors qu’on trouvait inhumain de traiter ainsi les animaux. On a légiféré pour empêcher que cela se produise à nouveau. Les organismes de protection des animaux sont subventionnés, pour soigner, pour enquêter, inspecter et intervenir envers les contrevenants. Ne serait-il pas aussi important de faire encore davantage pour les humains?

Notre société actuelle est uniquement basée sur le profit, la productivité, la richesse et la politique. Abandonner nos «sert-pu-à-rien», c’est ne pas comprendre l’importance de l’état du solage de notre maison. Il ne reste que peu de temps pour qu’elle ne s’écroule. Notre société oublie ses valeurs profondes, son patrimoine, ses aînés, son histoire. L’histoire finira aussi par oublier les monuments, les héros, les bâtisseurs, les fondateurs, les partis politiques, même votre nom et tous ceux qui sont passés sur sa terre. Ce n’est qu’une question de temps.

Avant de se préoccuper de la couleur des murs des résidences de personnes âgées, ne serait-il pas plus opportun de se préoccuper davantage de la santé et du bien-être des occupants? Puisqu’ils seront à moitié vacants, lors de la relance, profitons-en pour les aménager adéquatement en milieux de vie où il fait bon vivre plutôt qu’un endroit où les vieux sont cachés pour y mourir. Demain, ce sera votre tour d’être vieux et si rien ne change, la seule qui prendra plaisir à vous visiter et s’occuper de vous sera la COVID-19. Il y a urgence d’agir par respect pour nos aînés.

Henri Provencher

Trois-Rivières