Le premier ministre François Legault.

Les travailleurs de l’ABI et Legault

OPINIONS / «Le syndicat n’est pas raisonnable», a dit François Legault à la suite de sa rencontre avec les parties intéressées dans le conflit entre l’ABI et les travailleurs de l’ABI pour le renouvellement de leur convention collective. François Legault, homme d’expérience et jeune premier ministre d’un gouvernement majoritaire, n’a jamais parlé à travers son chapeau, et ni lui ni son gouvernement ne sont au service d’autres intérêts que ceux de ses électeurs et de la population du Québec.

Ni dans son programme électoral, ni dans les quelques réalisations et projets de loi qu’il a mis de l’avant, François Legault n’a favorisé les mieux nantis ni mis de côté le bien-être des autres, de la majorité des Québécois.

C’est dans cet esprit que, en conclusion de sa visite et, il faut le dire, à la suite de l’analyse que son gouvernement et ses ministres ont faite de la situation, il a formulé une telle déclaration. Il a alors et depuis lors affirmé qu’il se préoccupait de la population régionale affectée par ce conflit et cet arrêt de travail, qu’il avait à cœur le retour au travail des employés et la sécurité financière de leurs familles et qu’il incitait ceux-ci à mieux réfléchir et voir où était leur avantage. Je crois qu’il avait et qu’il a encore raison.

Louis Laurencelle

Trois-Rivières