Les roses contre le coronavirus

OPINIONS / Tout ce qui avait à être dit a été dit, je crois sur le coronavirus.

Eh bien non. Je crois avoir découvert grâce à mes sens aguerris, un groupuscule ici-même en Mauricie ayant une influence sur tous les virus.

Au départ fort de l’ensemble des théories du complot, bombardé par des prophètes de la fin du monde, j’avais enfin ici même en Mauricie découvert une cible de choix pour alimenter à ma façon ce débat.

Imaginez plusieurs centaines de combattantes d’élite, combinant plusieurs entraînements dignes des groupes paramilitaires les plus persévérants. Alliant des techniques de guerre de terrain tels la course, la nage, le vélo, avec un esprit de corps et d’entraide qui fait peur. Poussant mes recherches beaucoup plus loin, j’ai aussi compris que ce groupe d’amazones avait même commencé une expansion en Europe. Possiblement pour bâtir une base afin d’établir leur emprise sur le monde leur ultime but. Très structurée, cette même base était en France, paraît-il dans les Pyrénées et selon les rumeurs accessible seulement qu’en vélo!

Leur chef colonel Gervais est certainement issue d’une lignée de grands conquérants. Certains disent qu’elle a puisé sa doctrine aux origines de l’homme, aux temps anciens.

Leur technique semblable au KGB dans ses belles années est simple mais d’une efficacité incroyable. Prendre des gens de tous les milieux et motivés et en faire des super soldats.

Et croyez moi, ils sont plusieurs centaines en action. N’ayant aucune pudeur, elles portent tous et régulièrement du rose. Ce virus de la bonne forme peut toucher toutes les familles. Un peu jaloux, j’ai même pensé fonder un groupe d’hommes semblables nommé les bérets verts en mémoire d’un fier bataillon d’élite militaire.

Se propageant partout en Mauricie, l’épicentre, et au Québec, ma famille a été durement touchée. Leur culture d’entraide et de parrainage fait en sorte qu’elles se multiplient tel un microbe entraînant ma femme, ma fille et, indirectement, moi-même. Mais je vous rassure: de mon côté pour l’instant mes symptômes sont plus légers.

J’avoue aujourd’hui que toutes ces femmes, toutes ces personnes actives, roses ou pas roses, ont une grande influence dans leur milieu. Oui encore plus dans ces jours plus incertains.

Des valeurs saines, un corps sain dans un esprit sain. Une volonté qui a fait que plusieurs femmes se sont dépassées et ont persévéré, ont atteint et réussi des exploits louables. Mais plus encore, elles ont incorporé dans leur mode de vie cette doctrine d’équilibre. Rayonnant chacune dans leur milieu et créant un engouement collectif. Avec à la base de leur théorie, l’exercice physique, pas pour battre personne, ni pour fracasser des records. Simplement pour la bonne forme, stimulant leur endorphine, leur confiance, leur système immunitaire et leur bonne humeur, chapeauté dans une philosophie d’entraide.

J’aurais bien aimé découvrir la grande nouvelle mais j’ai juste redécouvert ces femmes et leurs empreintes positives dans nos vies. Dans la mienne aussi, ayant plus de temps, confinement exige, et afin de ne pas être seul, j’ai dû, et cela malgré quelques difficultés, m’adapter à des grandes marches dynamiques, du vélo et des étirements de la pensée positive et même du yoga. Dieu est quand même bon: la glace empêche la souffrance de la natation, mais ça ne saura durer.

Basique comme approche mais tellement grande dans son application au quotidien. Mon corps allégé de quelques kilos en est témoin.

Un message simple mais efficace. Si nous sommes plus en santé, plus équilibrés, nous résisterons mieux aux épreuves. Donc nous avons ici même une guérilla qui livre un combat à sa façon à ce vil virus.

Une armée de roses contre le coronavirus!

Bravo les Roses, d’avoir cet effet et merci!

Luc Gélinas

Shawinigan