Pas toujours facile de se rendre à destination avec les nouveaux trajets de la STTR.

Les nouveaux trajets de la STTR: pas facile!

OPINIONS / Avec tout ce que j’ai lu et entendu concernant les nouveaux trajets de la STTR, j’ai été curieuse de vérifier ce qu’il en serait pour ma fille qui entre au cégep. À titre d’information, nous habitons dans un secteur de la ville très central, à 7-8 minutes de voiture du cégep.

Pour ses cours commençant à 8h, deux options s’offrent à elle. La première option implique qu’elle doit partir de la maison à 6h50 et marcher près de 15 minutes pour prendre l’autobus, malgré qu’un arrêt ait été installé devant chez nous. Durée totale de ce trajet: 45 minutes. Sinon, l’autre option est de prendre l’autobus à l’arrêt devant la maison à 6h30 et arriver au cégep à 6h50. Ce même trajet de 20 minutes se répète seulement à 7h40, ce qui la ferait descendre de l’autobus à 8h, donc arriver en retard en classe. Assez ridicule…

Le retour n’est pas mieux. Pour ses cours finissant à 17h45, les options sont tout aussi absurdes. Le trajet qui aurait le plus de sens implique de prendre l’autobus à 17h50, mais le court délai entre la fin du cours et le passage de l’autobus me laisse penser que cette option est plutôt improbable. Une autre possibilité serait de prendre l’autobus à 18h26, mais implique de descendre à l’arrêt situé à 15 minutes de marche de la maison pour une durée totale de 45 minutes, encore une fois. Les autres possibilités sont encore plus aberrantes.

Et en plus, les étudiants du cégep se voient imposer obligatoirement des frais de 60$ par session pour «profiter» de l’écopasse. La seule façon de ne pas payer en totalité ces 60$ est de faire la preuve d’une possibilité de covoiturage avec un autre étudiant du cégep (un parent qui travaille près du cégep: impossible), selon certaines conditions bien précises, pour un remboursement de seulement 30$...

Je me demande bien à qui profite vraiment cette fameuse écopasse. Renflouer les coffres de la STTR sur le dos des étudiants? Renflouer les coffres du cégep par le biais d’un genre de ristourne, encore une fois sur le dos des étudiants? Chose certaine, cette écopasse ne profite absolument pas aux étudiants.

Sophie Poudrier

Trois-Rivières