Les élus scolaires: des hommes et des femmes de grande valeur

OPINIONS / Au Québec, nous venons de vivre un moment historique. En effet, le gouvernement Legault vient de faire disparaître les commissions scolaires en pleine nuit. Certains seront en accord, d’autres en seront offusqués et encore d’autres en seront totalement indifférents. C’est la démocratie du temps.

Peu importe le camp qu’on choisit, il reste qu’un gouvernement élu démocratiquement a choisi d’éliminer un palier de démocratie. Inutile d’argumenter sur la légitimité de cette gouvernance, on y croit ou on n’y croit plus. Le gouvernement du Québec est aussi élu démocratiquement.

Mes pensées s’attardent davantage aux élus scolaires que j’ai eu le privilège de côtoyer durant plus de deux décennies. Ce sont des hommes et des femmes de grande valeur.

Bien avant moi, durant près de 150 ans, des gens engagés ont servi les jeunes, leurs parents et les écoles au mieux de leur connaissance et de leur jugement. Ils se sont investis à titre de commissaires d’école.

Certes, tout n’était pas parfait; rien n’est jamais parfait. Mais je témoigne de la bonne volonté, du désir d’améliorer les choses et de l’engagement de ces groupes d’hommes et de femmes qui ont constitué les conseils des commissaires auxquels j’ai participé ou que j’ai eu le privilège de présider.

À tous ceux que j’ai côtoyés durant ces années parfois trépidantes, à ceux qui nous ont précédés, à ceux qui y étaient encore il y a quelques jours, merci!

Yvon Lemire

Trois-Rivières