Les élus louisevillois font fausse route

OPINIONS / Le conseil municipal de Louiseville vient d’adopter une résolution par laquelle il s’oppose à la Loi sur l’immatriculation des armes à feu et à l’obligation imposée par le gouvernement provincial aux propriétaires d’armes à feu d’enregistrer celles-ci. Messieurs et mesdames membres du conseil, votre position est contraire à l’article 1 de la loi.

L’article en question dit ceci: «La présente loi a pour objet de déterminer les règles d’immatriculation applicables aux armes à feu. Elle a également pour objet de favoriser, auprès des autorités publiques, la connaissance de leur présence sur le territoire du Québec de façon à appuyer les agents de la paix dans leur travail d’interventions préventives. Elle vise également à assurer une exécution efficace des ordonnances des tribunaux interdisant la possession d’armes à feu.»

Par votre geste, vous avez communiqué à la population que vous êtes contre une loi qui vise la paix et l’ordre, principes auxquels vous devez contribuer et que vous devez faire appliquer.

Qui vous a demandé de prendre position contre l’application de la loi sur l’immatriculation des armes à feu? Je ne suis pas au courant qu’une pétition en ce sens vous a été présentée au conseil de ville.

Monsieur le maire, vous parlez de l’enregistrement des armes dès l’achat au magasin; cette arme doit être de nouveau inscrite avec un numéro au registre des armes à feu. Faites votre devoir et collaborez avec le gouvernement pour l’immatriculation des armes à feu.

Dans la MRC de Maskinongé, nous avons des disparitions et même des meurtres non résolus. Nous ne souhaitons pas devenir comme les États-Unis. Nous ne voulons pas dormir avec une arme comme des travailleurs de la Textile quand l’émeute a eu lieu à Louiseville.

Guy St-Pierre

Louiseville

Ce qu’on ne ferait pas pour nous… distraire

Je veux saluer Le Nouvelliste et féliciter sa journaliste Marie-Ève Lafontaine d’avoir, dans l’édition du vendredi 22 mars, fait une mise au point en compagnie de la Garde côtière au sujet du projet futur d’un aventurier qui se propose de naviguer sur un glacier sur le fleuve ce printemps.

Le 20 février 2017, Le Nouvelliste avait fait paraître une lettre que je lui avais envoyée au sujet des aventuriers en général et intitulée «La simplicité de l’héroïsme» où je disais que nos vrais héros étaient peut-être bien davantage ces enfants dans les écoles qui veulent s’instruire et ces personnes âgées qui s’intéressent à plein de sujets, discutent et s’impliquent.

Eh bien, je le pense toujours.

Réjean Martin

Trois-Rivières