L’ère post-COVID-19

OPINIONS / L’auteure, Lynn O’Cain, est directrice générale du Pôle d’économie sociale de la Mauricie.

Les semaines qui viennent de passer à la vitesse grand V sur nos vies, nos familles, nos acquis, nos croyances et nos entreprises; ainsi que leurs jumelles qui vont suivre, permettront, je l’espère de revoir nos priorités, repenser notre hiérarchie de valeurs et pourquoi pas, réorienter notre économie?

L’humain est aujourd’hui plus important que l’argent. En économie sociale, l’humain est au centre du développement, au centre de l’économie. Cette dernière répond aux besoins d’une collectivité.

Cela fait d’ailleurs plus de cent ans que l’entrepreneuriat collectif démontre que cette avenue est non seulement possible, mais souhaitable. Aujourd’hui, ensemble, nous sommes plus soudés que jamais, malgré la distanciation sociale.

Pourquoi? Parce que la situation nous oblige à nous recentrer sur l’essentiel. L’humain a un si grand potentiel de résilience et d’adaptation.

Mais qu’apprendrons-nous de cette crise? À quoi ressemblera l’ère post-COVID-19?

Le Pôle d’économie sociale de la Mauricie est en mode solution depuis déjà plusieurs semaines afin d’aider les entreprises d’économie sociale, et surtout les humains qui les composent, à passer à travers cette épreuve.

D’ici peu, nous ferons connaître notre offre de service adaptée à la situation, à la valorisation de l’économie sociale et au renforcement des entreprises. Plusieurs outils ont déjà été mis à disposition et d’autres s’y ajouteront.

Par exemple, dans les prochains jours, des webinaires solidaires verront le jour afin d’encore mieux accompagner les membres, leur permettre de réfléchir collectivement, répondre à leurs questions et leurs inquiétudes.

Mais au-delà de ce passage obligé, nous travaillons également à bâtir le monde de demain, le monde plus humain. Nous souhaitons influencer le gouvernement dans son plan de relance économique, car nous croyons que le temps est propice à proposer un modèle d’affaires solidaire, orienter vers une transition sociale et écologique.

C’est donc les bras grands ouverts et le cœur allumé que nous tendons la main au gouvernement afin de participer activement à bâtir ce monde de demain, ce monde plus humain.

En mettant en commun les forces vives de la collectivité, transformons ce drame qui nous frappe en opportunité pour innover.

Laissons tomber les «oui, mais…» pour faire place à des «et, si…».