Dans cette lettre, le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Louis Gendron, réitère l’importance de l’Écopasse et justifie sa mise en place dans une vision plus collective. Cette initiative, rappelle-t-il, permettra des économies majeures pour une très grande partie des étudiantes et des étudiants et permettra le développement d’habitudes de déplacement écologiques et responsables.

L’Écopasse: un geste citoyen pour améliorer l’accessibilité aux études supérieures et poser un geste écologique responsable

L’auteur, Louis Gendron, est directeur général du Cégep de Trois-Rivières.

À l’aube du Jour de la Terre qui se tiendra le 22 avril prochain, le Cégep de Trois-Rivières est fier de contribuer concrètement à la diminution des effets de notre mode de vie sur le climat. En effet, en septembre dernier, le CA du cégep a pris la décision de mettre en place, pour la rentrée de l’automne 2018, une passe universelle de transport, l’Écopasse, donnant accès aux services des différents transporteurs de la région à tous les étudiants inscrits à temps plein, et ce, pour 60 $ par session.

Avant de prendre cette décision, la direction du Cégep de Trois-Rivières a mené une large consultation auprès de la communauté étudiante et de l’Association générale des étudiants. À la lecture des résultats obtenus, nous avons conclu que la communauté étudiante était prête à embarquer dans cette aventure.

Ce projet de passe universelle de transport, porté par la communauté collégiale, permettra de développer de nouveaux services de transport régionaux, d’augmenter la fréquence de certains trajets, de revoir les circuits et de bonifier l’offre faite non seulement à la population étudiante, mais également à l’ensemble de la population régionale. Il faut savoir qu’outre le territoire desservi par la STTR, l’Écopasse couvrira également le territoire des MRC de Maskinongé, des Chenaux et de Bécancour-Nicolet-Yamaska.

Par cette entente de trois ans, le Cégep deviendra encore plus accessible, entre autres pour les personnes moins nanties, et permettra de vraiment changer les choses. En effet, à la suite de cette entente intervenue avec les différents transporteurs locaux et régionaux, la STTR a décidé d’introduire un siège réservé aux étudiants à son conseil d’administration. De plus, un comité consultatif permanent sera mis en place pour apporter, en continu, des améliorations à cette entente. Ceci est le symbole que les étudiants auront le pouvoir d’influencer concrètement la suite des choses.

Dès le départ, la direction savait que ce service ne serait pas utilisé par tous. C’est pourquoi le projet de covoiturage a vu le jour. Ce projet répond à deux objectifs: permettre aux étudiants faisant du covoiturage d’obtenir un remboursement de 30 $ par session ainsi que contribuer à la diminution de notre empreinte écologique. Au final, ceux et celles qui s’inscrivent dans cette philosophie y trouvent leur compte!

Au cours des dernières semaines, la mise en place de l’Écopasse a fait couler beaucoup d’encre au Cégep de Trois-Rivières, notamment chez les personnes possédant déjà une voiture qui ne prévoient pas se prévaloir de ce service. La direction du Cégep de Trois-Rivières est consciente de ce fait, mais a tout de même mis de l’avant ce projet puisqu’il s’agit d’un choix collectif qui permettra des économies majeures pour une très grande partie des étudiantes et des étudiants et permettra le développement d’habitudes de déplacement écologiques et responsables, tout en réduisant de façon significative les émissions des gaz à effet de serre. Également, ce projet permettra de réduire le nombre de voitures sur les routes et offrira un moyen de transport sécuritaire pour les journées où la température est moins clémente. Et c’est sans parler de la possibilité de retarder l’achat d’une voiture ou d’en diminuer l’utilisation, puisque les étudiants y auront accès même les soirs et la fin de semaine.

Pour toutes ces raisons, c’est avec beaucoup de fierté que je continuerai de porter les aspirations des étudiantes et des étudiants afin que le Cégep de Trois-Rivières, à titre de grand citoyen, continue d’être un acteur de changement dans sa communauté.