Mariannick Mercure

Le «show» Mariannick Mercure...

OPINIONS / Lorsque la population confie comme mandat de nous représenter, il faut se rappeler qu’il s’agit là d’un immense privilège. Ce privilège vient impérativement avec le respect. Or, encore une fois, certains membres du conseil municipal de Trois-Rivières et vous, avez démontré que vous ne méritiez pas ce privilège.

Vous et votre complice, le conseiller Denis Roy, tous deux présents à la marche de sensibilisation sur les changements climatiques, avez plutôt opté pour l’affrontement. Et oui, ces gens que nous payons avec nos taxes s’en sont pris à l’ex-maire de Trois-Rivières et candidat conservateur, Yves Lévesque, en le traitant de «criminel climatique». Quoique vous en pensiez, M. Lévesque est aussi un père de famille et un grand-père très préoccupé par l’avenir des siens.

De quel droit les membres d’un conseil municipal peuvent-ils se permettre d’insulter malicieusement un citoyen, quel qu’il soit, et ce, bien au-delà des partis politiques, des croyances religieuses ou des différences d’opinions? Qui êtes-vous pour juger, catégoriser ceux qui sont sensibles à l’environnement et ceux qui ne le sont pas? Qui êtes-vous pour demander à des gens de quitter une manifestation se voulant inclusive. Vous avez agi au nom de qui? Vous vous prenez pour qui?

Pour être sensible à ce qui se passe sur notre planète Mme Mercure et M. Roy, nous ne sommes pas obligés d’êtres des extrémistes méprisants comme vous l’avez démontré par vos attitudes. Si je n’avais pas été de la manifestation… aurais-je été une criminelle pour autant?

Comme élus, vous avez devoir de respect envers tous vos citoyens; ce qui englobe même ceux qui ne partagent pas vos points de vue.

Ayant plus de respect que vous, je ne vous traiterai pas de «criminelle politique». Mais quel triste spectacle, quelle désolation. Et que dire de votre caméraman le conseiller Denis Roy? Vous prenez grand soin d’être dans le champ de la caméra, et puis voilà… votre déferlement de paroles méprisantes et empreintes de rancune. Toute cette mise en scène pendant que M. Lévesque discute avec qui? Quel hasard… un autre conseiller, M. François Bélisle! Nous ne sommes pas dupes… tout était orchestré par la clique! Votre sketch mérite le prix «poubelle»!

Vous auriez dû être fiers et vous réjouir de voir ces gens de toutes les sphères de la société participer à cette marche... Mais non! Votre soif de vengeance aveuglante vous a démasquée. Par votre bassesse, vous avez manqué de classe et de respect envers M. Lévesque, ce grand Trifluvien qui a fortement contribué à l’essor économique et touristique de notre ville.

Honte à vous! Honte aussi à messieurs les conseillers Pierre Montreuil et Claude Ferron qui ont, sans réserve, appuyé cette bouffonnerie disgracieuse.

Je souhaite que la population de Trois-Rivières vous indique la porte de sortie lors des prochaines élections municipales!

Huguette Thiffault

Trois-Rivières