Le secteur des Forges absent

Je pensais me faire une tête en regardant, jeudi dernier, le débat télévisé de Radio-Canada Mauricie.

Malheureusement, je n’ai pas senti de fougue chez les candidats. Je suis consciente du peu de temps accordé à chaque sujet proposé. Les importants dossiers, entre autres: les services aux citoyens, les finances publiques, le développement économique et l’environnement, n’ont été que brièvement effleurés. Vers la fin des échanges, j’ai senti le goût des candidats à vouloir se mouiller davantage, mais le temps était écoulé. Je suis restée sur mon appétit.

Je m’attendais aussi à ce que mon secteur, celui des Forges, soit un enjeu majeur lorsque les candidats ont évoqué, tour à tour, «les nids-de-poule».

Ici, dans le secteur, à partir de la rue du Fief jusqu’au boulevard Saint-Michel, le boulevard des Forges est parsemé de cratères, c’est une calamité. Année après année, nos voitures doivent constamment faire du slalom à cause des trous béants sur la chaussée, de l’eau accumulée par le manque de puisards. Pas besoin d’être ingénieur civil pour voir que le pavage est à refaire complètement de même que, prendre en considération le besoin de puisards supplémentaires, dans le but de faire s’écouler l’eau à fort débit printanier. Actuellement, au lieu de faire travailler inutilement les hommes des travaux publics pour qu’ils remplissent, tant bien que mal, les trous avec de l’asphalte froid, en guise de «patchage» éphémère, il serait avantageux de travailler dans les règles de l’art et dans les normes pour régler le problème du boulevard des Forges, une fois pour toutes, et rendre le sourire dans le visage des automobilistes.

Le secteur des Forges est l’éternel oublié, l’orphelin en manque d’amour. Pourtant, plusieurs nouvelles constructions domiciliaires de 200 000 $ et plus se retrouvent à ce niveau du boulevard des Forges, de la rue de la Sentinelle et de la rue de la Concorde. Et, avec le branle-bas de combat récemment amorcé sur le Golf des Vieilles-Forges, où plus de 400 nouvelles portes verront le jour dans les mois à venir, la circulation en sera davantage affectée, au détriment des citoyens du coin. D’ailleurs, dans le plan quinquennal de la Ville, l’argent prévu pour la réparation du bitume chez nous a été plutôt réorienté vers l’enveloppe du District 55.

Indubitablement, le secteur des Forges, depuis environ 50 ans, ne bénéficie d’aucune attention.

Qui sera le brave candidat à insérer dans ses promesses électorales la prise au sérieux des citoyens des Forges?

Bonne fin de campagne à tous les candidats!

Carole Langevin

Trois-Rivières