Le rôle de l’élu

OPINIONS / Je «côtoie» presque quotidiennement quatorze femmes et hommes qui ont à cœur le développement harmonieux de notre ville. Grâce à la visioconférence et aux différentes plateformes de communication, je décèle aisément que plusieurs de ces personnes trépignent devant le confinement imposé par ce virus.

Tous et toutes veulent bien faire. Le temps doit cependant faire son temps… Il y a la pandémie, il y aura l’après-pandémie. Un élu municipal ne peut interférer sur le travail des responsables de la santé publique. Nous ne pouvons que venir en soutien. Ce que les quelque 1100 employés de la Ville de Trois-Rivières font directement ou indirectement. À tous les jours.

Je ne peux qu’inciter les membres du conseil de ville à la patience. Il est clair que, comme les deux autres paliers de gouvernement, nous sommes et nous serons là pour contribuer à la relance. Non pas de l’économie telle que nous la connaissions, mais d’une nouvelle façon de donner du boulot au plus grand nombre de personnes. Quitte à instaurer des semaines de trois ou quatre jours de travail pour un meilleur partage de la richesse. Le changement fait toujours peur, mais il faut avoir le courage de composer avec lui. Pour le moment, je me permets de partager, avec les femmes et les hommes que je côtoie autour de la table du conseil de ville trifluvien, les trois verbes qui résument les raisons de mon engagement en politique active. Soyons capables d’écouter, de donner confiance aux personnes qui nous interpellent et de les aider à se relancer.

Ça va bien aller… en autant que vous et moi on fait notre part.

Pierre Montreuil

Conseiller municipal

District du Carmel

Trois-Rivières