Selon l’auteure de cette lettre, le voile des musulmanes cache beaucoup plus d’intentions qu’on ne pourrait le croire.

Le port du voile et le gros bon sens

OPINION / Il est temps de dire les vraies choses. Le chroniqueur Richard Martineau se questionnait sur les réactions des musulmans si une religieuse avec habit religieux, grosse croix en bois à la ceinture et cornettes, enseignait aux enfants musulmans. Imaginez le tollé de la part des parents musulmans!

Le gros bon sens nous demande de considérer aussi le code vestimentaire pour certains métiers. Les pompiers, policiers, militaires, employés des banques et caisses, infirmiers, docteurs, gardiens de sécurité, les employés dans les auberges, les politiciens et autres ont tous un code vestimentaire à respecter. Il est où le problème? Vous ne voulez pas vous départir de vos anneaux dans le nez, car le métier l’exige pour des raisons de sécurité, alors choisissez un autre métier.

De voir quelqu’un se promener avec une pizza sur la tête ou une banane dans le nez sur la rue, ne me cause aucun problème. Toutefois, être servie par une femme qui porte un voile me trouble pour la simple et bonne raison que je sais que c’est un geste de soumission. Nous les femmes avons été sous le joug de l’Église catholique pendant des décennies et je ne veux pas revenir en arrière. Pourtant, au Canada, nous avons une loi pour l’égalité des hommes et des femmes.

Pour le port du fameux voile qui peut paraître anodin pour certains, le Coran reprend cette pratique et la codifie, sans toutefois explicitement préconiser le port du voile. Néanmoins, plusieurs écrits évoquent cette pratique pour les épouses du prophète Mahomet, notamment au verset 31 de la sourate 24: «Et dis aux croyantes de baisser leur regard, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes.»

Il est tellement évident que les Charkaoui de ce monde veulent nous imposer leur religion et nous gouverner. Ne sommes-nous pas, vous et moi, les infidèles à détruire? Insidieusement, plusieurs musulmans radicaux nous demandent de plier devant leurs revendications en utilisant comme excuse le motif de leur religion. Leur religion archaïque et barbare qui demande la soumission des femmes et les traite comme des sous-humaines et ici au Canada, nous devrions accepter cette attitude?

Le voile cache beaucoup plus d’intentions que vous ne le croyez. C’est un premier pas pour ensuite exiger des Canadiens l’acceptation de l’enseignement de la charia. En défendant le port du voile, vous jouez le jeu des musulmans radicaux. Après le voile, ce sera quoi?

Anne-Sylvie Duquette

Saint-Boniface