Le piéton, cet obstacle à franchir

OPINION / Mercredi dernier au centre-ville de Trois-Rivières, je traverse la rue au coin avec mes enfants et mon conjoint quand une voiture arrive rapidement vers nous. Elle ne nous a visiblement pas vu et on doit l’arrêter en lui faisant des signes de la main.

La dame s’arrête, elle n’a pas le choix, sinon elle fonce dans notre poussette. Derrière son volant, la conductrice ne s’excuse pas, elle nous fait plutôt de grands signes exaspérés en disant envoyez avancez tout en continuant d’avancer sa voiture vers nous. On vient presque de se faire frapper et c’est elle qui s’énerve !?!?

Cet incident n’est pas qu’anecdotique. C’est plutôt le symptôme trop fréquent du manque de respect et de considération pour les piétons. Une inattention, ça arrive à tout le monde, on aurait compris. Autant d’exaspération et d’impatience par contre, ce n’est pas justifié. Même si nous sommes visibles, qu’on traverse aux intersections et au bon moment, les piétons semblent transparents aux yeux de trop de gens. Un piéton qui traverse la rue, c’est fatiguant, ça dérange, c’est un obstacle à franchir.

Ce n’est pas normal que les usagers les plus vulnérables se sentent laissés à eux-mêmes en matière de sécurité. La Ville et le service de police doivent faire de la sensibilisation pour faire changer les comportements qui mettent en danger les piétons. Une campagne pour plus de civisme et de respect. Tout le monde a le droit d’être en sécurité sur la route et protéger davantage les piétons ne veut pas dire être contre l’automobile.

Il y a une culture à changer, mais il faut aussi repenser l’aménagement urbain et concevoir des rues à dimension humaine. Pour une question de sécurité, de santé et d’environnement. Pourquoi pas plus de projets d’aménagement comme celui de la rue Saint-Maurice à Cap-de-la-Madeleine et moins de quartiers résidentiels construits sans trottoirs ? Comme contribuable, je suis bien d’accord à ce que mes taxes soient investies entre autres dans des infrastructures qui génèrent des retombées en matière de sécurité et de santé.

Marie-Pierre Paquin-Boutin

Trois-Rivières