Il faut mettre fin à notre dépendance aux hydrocarbures.

Le Parti conservateur: une menace pour le climat

OPINIONS / L’intense chaleur des dernières semaines au Québec et en Europe fait l’effet d’une douche froide nous rappelant la réalité des changements climatiques. Or, la communauté scientifique est unanime: il faut mettre fin à notre dépendance aux hydrocarbures (c’est-à-dire le pétrole et le gaz) qui est la principale source d’émission des gaz à effet de serre (GES) et donc du réchauffement climatique.

À cet égard, l’élection fédérale qui s’en vient sera déterminante, mais tandis que les partis politiques fédéraux sont de plus en plus interpellés sur le sujet, le Parti conservateur du Canada s’obstine à vouloir poursuivre l’exploitation et l’exportation du pétrole albertain au risque de saper tous les efforts en faveur d’une transition énergétique.

Les quelques timides mesures environnementales proposées par ce parti ressemblent plus à de l’écoblanchiment («greenwashing») maladroit qu’a un réel engagement pour le climat. Alors que les scientifiques du monde entier nous pressent de passer à l’action, l’élection d’un «gouvernement Harper-bis» reviendrait donc à nous enliser davantage dans cette cocotte-minute que devient notre Terre.

Il serait sage d’y penser à deux fois lors de cette élection.

Emanuel Protz, étudiant

Trois-Rivières