Le nouveau Colisée: un bon ou un mauvais projet?

D’ici quelques semaines, le conseil municipal aura à prendre la décision d’accorder ou non l’un des plus gros contrats jamais donné par la Ville de Trois-Rivières soit celui de construire un nouveau Colisée. À plusieurs égards, cette décision nous concerne tous. Bien entendu parce que cela va se payer avec nos taxes, mais également parce que le poids financier du projet, tel qu’il est prévu actuellement, fera en sorte qu’aucun autre projet d’envergure ne sera possible pour notre ville et ce, pour plusieurs années.

Personnellement, je crois qu’à tout le moins nous avons besoin de rénover l’actuel Colisée et peut-être même d’en construire un neuf. Mais avons-nous sur la table le meilleur projet au meilleur coût? La vraie question est là et pour ma part, j’en doute fortement.

Plusieurs questions demeurent sans réponses dans ce dossier et je crois que comme contribuables, nous devons avoir accès à l’ensemble des informations pertinentes à cette prise de décision du conseil municipal qui nous concerne tous et toutes.

La vérificatrice générale dans son dernier rapport a souligné que cela lui semblait incompréhensible que la Ville s’engage dans des projets si coûteux sans études préalables plus sérieuses:

- étude sur l’évolution des besoins en heure de glace;

- étude sérieuse comparative entre la rénovation du Colisée actuel et la construction d’un nouveau Colisée;

- étude sur la possibilité de construire sur le site actuel du Colisée;

- étude sur le marché des spectacles à Trois-Rivières puisque l’on veut en faire également une salle de spectacles;

- étude sur le marché des grands championnats sur glace visés par ce projet également; et finalement,

- étude sur les coûts d’opération qu’entraînera cette nouvelle infrastructure; est-ce que l’on parle de quelques millions supplémentaires qui reviendront dans le budget et cela à chaque année?

Si la Ville était un entrepreneur privé, elle serait obligée de réaliser ces études pour avoir droit à du financement. Il semble que les règles ne s’appliquent pas pour tous!

Autre point: il est maintenant connu que ce projet de Colisée a été pensé en fonction que Trois-Rivières ait une équipe de hockey de la Ligue Junior majeure. Mais est-ce seulement réaliste? Y a-t-il un marché pour deux équipes de ce calibre dans la région?

Il serait pertinent avant que la Ville prenne sa décision d’avoir également un plan d’ensemble des investissements pour ses arénas. Le Colisée actuel devra être tout de même rénové. Qu’en est-il pour les autres glaces?

L’enjeu de tout cela n’est pas simplement de dire oui ou non à un projet de nouveau Colisée mais bien de s’assurer hors de tout doute et avec toutes les données à l’appui que c’est le meilleur projet qui est sur la table... et, si ce n’est pas le cas, d’y apporter des modifications!

D’ailleurs, dans une idée de participation citoyenne, on devrait tout d’abord informer les citoyens puis leur donner l’occasion de réagir, amener leurs questions et leurs propositions sur le projet lors de rencontres.

Bien sûr, il est facile de prévoir que le maire Lévesque va mettre beaucoup de pression sur les conseillers pour faire adopter le projet tel quel. Tout comme pour le report de l’adoption du budget, l’urgence (quelle urgence?) sera évoquée et il va prédire la fin du monde si le projet n’est pas adopté tel quel. Souhaitons-nous que, tout comme cela a été le cas pour l’adoption du budget 2018, les conseillers sauront se tenir debout et prendre le temps nécessaire afin d’en arriver à un projet que tous les citoyens et citoyennes de Trois-Rivières seront heureux d’appuyer!

L’auteur, Jean-François Aubin, a été conseiller municipal du district de Marie-de-l’Incarnation de 2013 à 2017 et candidat à la mairie lors de la dernière élection municipale.