Le fiasco Trudeau

OPINION / Afin d’ajouter mon opinion à celles exprimées dans ces pages le 18 mars, la question que je me posais était la suivante: qui est véritablement Justin Trudeau? Après ses «selfies», son voyage en Inde où lui et sa famille étaient ridicules, ses nombreux voyages à l’étranger où il semble charmer tous les dirigeants qu’il rencontre et qui ne le connaissent pas vraiment, enfin nous sont données les occasions de connaître sa vraie personnalité qui n’est pas impressionnante, à commencer par sa somnolence à régler les problèmes avec les Autochtones et maintenant avec le coronavirus C-19 qui nous affecte tous.

Lors de sa première conférence de presse lundi dernier, après s’être fait attendre, il ressemblait lors de sa sortie de la maison à quelqu’un à qui on avait poussé dans le dos pour le faire sortir. Ses propos étaient incompréhensibles, ce n’était que du bla-bla. Après la conférence, l’analyste politique Emmanuelle Latraverse n’a pas pu analyser sa conférence parce qu’elle a admis n’avoir rien compris elle non plus. Mardi, il nous encore fait attendre 40 minutes avant de se présenter aux journalistes sur place. Incapable de prendre des décisions sur la fermeture de la frontière Canada-États-Unis. Cela faisait trois jours que les contribuables avec leur gros bon sens savaient qu’il fallait la fermer et également de la façon de le faire. On n’avait pas besoin d’attendre après Donald Trump.

Lors de sa conférence de mercredi, il semblait avoir pris de l’aplomb et il s’est plutôt adressé au Canada anglais plutôt qu’aux Québécois. Pour les personnes qui sont bilingues, il était plus facile de l’écouter sur le canal anglais que sur RDI avec la traduction simultanée.

Il n’y a pas de comparaison possible entre lui et François Legault. Ce dernier est un véritable «leader» et il nous l’a prouvé. Nous n’avons que des éloges à lui rendre.

Jocelyne Bruneau

Trois-Rivières