Le droit à la dissidence

OPINIONS / J’aime bien profiter de l’opportunité que le Nouvelliste nous offre d’exprimer nos opinions dans le Carrefour du lecteur. Habituellement, j’exprime mes convictions pour provoquer une saine discussion mais plus souvent pour défendre ce que je crois être des injustices ou rectifier des faits au sujet de nos droits et libertés de peuple fondateur et bien sûr notre belle langue française qui se fait de plus en plus malmener. Je lis également les opinions de tous les intervenants, souvent plus d’une fois, pour m’assurer de bien comprendre leur point de vue.

Ici, je voudrais féliciter l’ami Roger Greiss, que, croyez-le ou non, j’ai eu le bonheur de connaître en Sardaigne (Italie) il y a 50 ans déjà. Son texte de samedi le 3 août est une excellente réplique aux insinuations de monsieur Pierre Martin qui l’avait accusé il y a deux semaines d’être, si je me souviens bien, un «Antimusulman» à la suite d’un précédent écrit. Toujours aussi clair et précis et surtout bien documenté, Roger nous démontre pourquoi l’Islam et la démocratie sont incompatibles et encore moins une réelle intégration. Il y a une douzaine d’années, un certain André Drouin de Hérouxville nous avait mis en garde avec sensiblement les mêmes arguments. Pourquoi donc certaines personnes refusent-elles encore de croire en cette vérité qui pour moi est immuable.

J’aimerais aussi réagir à l’énoncé ou le questionnement de monsieur René Le Brodeur dans le journal du 1er août au sujet des «Québécois pure laine». Toute une dissertation à «y perdre son latin», selon l’expression connue. Dire que le Québécois pure laine n’a jamais existé, c’est fort. Nous savons tous ce qu’est un Québécois pure laine et nul n’est besoin de philosopher bien longtemps sur le sujet. Mais si votre texte se voulait un éloge au multiculturalisme à la Trudeau, vous avez bien réussi l’exercice. Je suis d’accord que «Le Québec de demain verra largement colorer sa peau». Il y a d’ailleurs beaucoup de ces bons Québécois, qui depuis longtemps déjà y collaborent en allant chercher un petit Chinois ou un Haïtien pour fonder une famille. L’immigration illégale de réfugiés que le fédéral tolère sans vergogne contribue également beaucoup à ce «flux migratoire» dont vous parlez. C’est pourquoi le Québec doit se tenir debout et contrôler lui-même son immigration. Mais ce ne sera pas facile et j’ai bien hâte de voir la tournure que l’élection fédérale prendra.

Ça promet!

Gaston Bouffard

Shawinigan