A smoker at City Hall Park in New York, Sept. 15, 2009. New York City's workplace smoking ban six years ago drove cigarette and cigar puffers outdoors. But soon some of the outdoors may be off limits, too: The city's health commissioner, Dr. Thomas A. Farley, said Monday that he would seek to ban smoking at city parks and beaches.(Angel Franco/The New York Times)

Le balancier vient de défoncer le boîtier de l’horloge!

Avis aux touristes en provenance de Trois-Rivières: à Hampstead, les fumeurs seront bientôt condamnés à fumer en cachette… à moins qu’on leur construise une «cache à boucane»… un «Smoking Temple»!

C’est la panique à Hampstead: le «pot» arrive bientôt en ville!

Le conseil municipal vient d’adopter un projet de règlement qui interdit à quiconque de fumer (cigarette, cigare, pipe et «autres substances») en public notamment dans les parcs, les rues, les trottoirs, les véhicules municipaux, les immeubles municipaux et les «terrains adjacents» à ces derniers.

Le maire, William Steinberg, considère que «la fumée secondaire est dangereuse, particulièrement pour les personnes âgées qui ont des maladies pulmonaires et les enfants», pour justifier l’application de ce règlement. Le conseiller municipal, Jack Edery, affirme vouloir «protéger nos citoyens» alors que la porte-parole du Conseil québécois sur le tabac et la santé, Claire Harvey, estime qu’il s’agit d’une «excellente mesure» en matière de santé publique.

Nul doute que ces considérations sont justes et estimables; ce sont les conséquences, du règlement qui interdit à quiconque de fumer en public, qui peuvent conduire à des incongruités, sans compter que la légalité d’une telle mesure est douteuse!

Va-t-on interdire des «pollueurs beaucoup plus néfastes» telle la circulation automobile, le foyer extérieur, le poêle à bois, la tondeuse, le souffleur à neige et la «zézette bruyante et puante du p’tit rebelle d’à côté»?

Devrait-on aussi interdire, sous le prétexte du «mauvais exemple pour les jeunes», la consommation d’alcool sur les terrasses des commerces de restauration, la vente de «produits érotiques», la possession d’une certaine catégorie de «véhicules modifiés» prisée par les jeunes conducteurs?

Ce n’est certainement pas la «solution du siècle» pour clairement signifier «au peuple» que la Municipalité, par ce règlement, cherche plutôt à bannir (car il y en a déjà!) et à interdire de son territoire les «autres produits ou substances, végétales ou chimiques, pouvant être fumés par quelque instrument que ce soit», dont la marijuana. Voilà le «pot aux roses»!

On semble, ici, adopter des mesures extrêmes afin de contourner l’incontournable; à défaut de fumer, mille règlements n’empêcheront cependant pas le boulanger de parfumer sa boutique aux odeurs du bon pain chaud et… de «muffins au pot»!

Comme on ne peut pas empêcher «l’évolution d’évoluer», nous devons admettre que l’époque de la Révolution tranquille, où on diffusait à la télévision (en noir et blanc) des annonces publicitaires de cigarettes et de bière, est révolue. On se rappellera du «Lui y connaît ça!», avec le pouce en l’air, de l’humoriste Olivier Guimond qui faisait la publicité de la bière Labatt 50. On se souviendra aussi de l’athlète, Richard Garneau, qui vantait la «douceur et la saveur» de la cigarette Du Maurier, sous l’air de «Fumez Du Maurier, la cigarette de bon goût, Du Maurier…».

Ah! Quelle époque!

Aujourd’hui, autres temps, autres mœurs; le balancier de la vertu ne doit cependant pas défoncer le boîtier de son horloge!

Je crois que les membres du conseil municipal de la ville de Hampstead auraient intérêt à retrouver bien rapidement, dans la «botte de foin bientôt légale» les aiguilles de leur horloge et à remettre à l’heure le pendule… et, pourquoi ne pas en profiter pour «tourner les pages du calendrier» à l’année 2018 apr. J.-C.?

Laissons donc l’horloge de la vie, de ses 12 coups de minuit, résonner… et nous… raisonnons! Peut-être entendrons-nous ainsi d’autres sons des cloches du conseil municipal et de la réalité d’aujourd’hui?

N’abattons pas le mur du gros bon sens sous prétexte qu’il présente des fissures; pour les «craques»… «tirons un joint»!

Jean Paquette

Trois-Rivières