Le premier ministre Philippe Couillard

L’art de se tirer dans le pied

Tous les jours, il est question de notre système de santé qui est malade et j’oserais dire qui est à l’agonie. Il y a eu les doléances justifiées des infirmières, des préposés, etc. Seuls les gens malades qui n’ont pas de porte-parole n’ont pu s’exprimer. Ils auraient certainement eu des choses à dire.

De prime abord, la population soutient les revendications des employés du milieu médical. Les gens sont témoins de leur épuisement physique et psychologique qui peut avoir des incidences sur les services qu’ils rendent.

Dans le jargon médical, on appelle les patients comme étant des usagers ou des bénéficiaires. Mon interprétation personnelle d’un usager est une personne qui utilise soit l’autobus, le train, le métro pour se déplacer. Quant aux bénéficiaires, ils bénéficient de quoi au juste? Une hausse de pourcentage sur son investissement? Non, il a payé toute sa vie des impôts pour se faire soigner et éduquer. Et cet argent a été mal administré par les gouvernements successifs. Le mot juste serait PATIENT, comme utilisé autrefois, car il faut être patient pour avoir son rendez-vous pour entrer dans le système et par la suite attendre plusieurs mois avant de subir une opération s’il y a lieu.

Pensant améliorer notre système de santé au Québec, nous avons élu à la tête du gouvernement libéral deux médecins, soit Dr Philippe Couillard et Dr Gaétan Barrette. Quelle déception! Ils étaient sans doute de bons médecins, mais comme administrateurs, nous aurions dû élire des gens du milieu des affaires. Au lieu de mettre l’argent sur le béton, c’est dans les services qu’il aurait fallu investir davantage. J’ajouterais que le milieu hospitalier est comme une grosse industrie et les clients qui sont les patients doivent être mieux servis. Malheureusement, cette industrie n’a pas de concurrence et les patients fortunés seulement peuvent se tourner vers le privé.

Pour en ajouter encore plus, entre médecins, on se tient... Alors pourquoi ne pas hausser outre mesure les salaires faramineux des spécialistes après ceux des omnipraticiens? Il fut un temps où les médecins québécois s’exilaient soit en Ontario ou aux États-Unis; maintenant peut-être que les Ontariens vont venir au Québec pour de meilleurs salaires. On a les deux mains dans le pot de bonbons, aussi bien en profiter. C’est scandaleux!

Heureusement, quelques médecins consciencieux ne sont pas d’accord avec cette magouille. Je ne crois pas que ni Dr Couillard ni Dr Barrette font leur épicerie avec des coupons-rabais... Ils viennent de se tirer dans le pied à quelques mois des élections de l’automne prochain.

Jocelyne Bruneau

Trois-Rivières