La Ville de Trois-Rivières devrait planter des arbres plutôt que les distribuer

OPINIONS / Lettre adressée aux membres du conseil municipal de Trois-Rivières.

La Ville de Trois-Rivières vient d’annoncer que 600 arbres seront donnés aux citoyens à l’automne. Je fais le lien avec les 600 arbres que la Ville ne savait pas où planter...

J’ai une suggestion bien importante pour notre quartier. Demeurant sur la rue Parent, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, il y a un mini parc devant ma maison. Un deuxième parc identique se trouve sur la même rue. Malheureusement la majorité des arbres qu’on y trouve sont de magnifiques frênes attaqués par l’agrile. Ces arbres sont entourés d’un ruban vert, signe qu’il devront être abattus. Ne serait-il pas logique d’en planter de nouveaux dans un délai très bref?

Je ne comprends absolument pas cette décision de donner des arbres aux citoyens alors que la Ville néglige de combler les besoins de nos espaces verts communs.

Je n’ai pas besoin de vous sensibiliser au fait que les îlots de chaleur sont nombreux à Trois-Rivières. La situation climatique exige de la prévoyance et de l’action à court terme. La croissante d’un arbre mature prend 40 ans plus ou moins. Je m’engage à trouver des bénévoles pour la plantation de remplacement des cinq frênes en perdition dans cet espace de verdure. Il faudrait choisir des espèces indigènes ne craignant ni le sable, ni la sécheresse, ni l’hiver.

Je me sens désemparée devant l’inertie généralisée et l’indifférence face à l’urgence de contrer la menace climatique qui affectera plus vite qu’on ne le croit toute vie sur terre.

J’ajouterai un peu cyniquement que les autorités de tous niveaux s’ingénient actuellement à amuser le peuple à court terme au risque de négliger sa future viabilité. Je comprends que ce n’est pas toujours profitable électoralement de planter des arbres mais qu’adviendra-t-il de nous d’ici quelques années?

Lise Landry

Trois-Rivières