Close-up of blind person holding white cane while walking in room
Close-up of blind person holding white cane while walking in room

La vie d’un jeune vaut-elle plus que la vie d’un vieux?

OPINION / Ces derniers jours, j’ai réfléchi à la notion d’âgisme. D’abord, je voudrais dire que oui, la vie d’une jeune personne a plus de valeur que celle d’une vieille personne. Comment l’évaluer? Je crois que la seule façon de le faire est d’estimer l’espérance de vie. Supposons que celle-ci est de 85 ans. Donc, une personne qui décède de la COVID-19 à 80 ans, on vient de lui soustraire cinq ans de sa vie. Par contre, un jeune de 20 ans qui décède d’un accident d’auto, on lui enlève 65 ans de sa vie. Donc, la vie d’une personne âgée de 20 ans vaut 13 fois plus que celle âgée de 80 ans. J’appelle ça les «années-vie». La mort d’un jeune de 20 ans équivaut à la mort de 13 vieux de 80 ans.

Appliquons maintenant cette logique à la sécurité automobile. Les statistiques démontrent que la majorité des accidents de la route sont provoqués par les jeunes de 18 à 25 ans; une augmentation significative lors de longs week-ends. Alors, pour gagner davantage d’années-vie, le gouvernement ne devrait-il pas envisager des mesures de «confinement» des jeunes de 18 à 25 ans durant les cinq longs week-ends suivants: la fête des Patriotes, la Fête nationale du 24 juin, la fête du Canada, la fête du Travail et l’Action de grâce?

Pensons aussi aux jeunes! Protégeons au mieux leur vie, surtout qu’elle a plus de valeur que celle des vieux. Vous êtes en désaccord avec la conclusion? Moi aussi. C’est une boutade. Les règles de confinement appliquées aux vieux de 70 ans et plus suivent pourtant cette même logique tordue. Bonne réflexion!

Guy Desaulniers

Saint-Tite