La simplicité servant le citoyen

OPINIONS / Récemment, j’ai pris une contravention sur la rue Sainte-Louise, qui se trouve en face du stationnement du Carrefour Niverville. Il y avait deux pancartes sur le poteau dont une qui indiquait l’interdiction de stationner entre 1 h et 18 h, du mois de novembre à mai. Ce qui m’a mêlé, c’est que j’ai assimilé le «1 h» à «13 h».

J’ai compris alors qu’il est aisé pour les personnes âgées entre autres de se tromper lorsque plusieurs indications s’entrecroisent.

L’idée m’est ainsi venue de soumettre le projet d’installer des panneaux plutôt virtuels qui n’indiqueraient qu’une chose, à savoir si c’est permis, et jusqu’à quand le citoyen pourrait y laisser sa voiture.

Et puis 63 $ (peine 30 $, frais 13 $ et contribution 20 $) m’apparaît un montant trop onéreux pour une simple contravention de stationnement. Un montant de 40$ aurait eu plus d’allure. On n’a pas à frapper à coups de pieds un citoyen qui s’est juste trompé.

Les fonctionnaires chargés d’appliquer les règles concernant le stationnement auraient avantage à faire preuve de jugement. Il faudrait changer la culture d’entreprise.

Jean Rousseau

Trois-Rivières