L’absence du Trou du diable sur le circuit de la Route des Brasseurs de la Mauricie suscite beaucoup d’indignation à Shawinigan.

La Route fait un détour important

L’auteure, Jacinthe Campagna, est conseillère du district de la Cité à la Ville de Shawinigan.

En tant que citoyenne de Shawinigan, j’ai toujours été fière de mon identité, fière des réussites de ma ville et des défis que nous nous promettons de relever. Mais surtout, je suis d’autant plus fière de nos entrepreneurs qui travaillent toujours d’arrache-pied sans compter les heures, dans des conditions que peu d’entre nous toléreraient au quotidien.

Ainsi, quel a été mon étonnement de constater que le symbole de la réussite shawiniganaise, la microbrasserie le Trou du diable, ait été exclu de l’annonce de la venue de la Route des Brasseurs en Mauricie…

Je vous entends déjà clamer qu’«ils ont été vendus à Molson!», qu’«ils ne sont plus une microbrasserie!», que les «règlements du concours font en sorte qu’ils ne peuvent pas participer!»… Eh bien permettez-moi de remettre certaines informations à jour.

Premièrement, il importe de mentionner que bien que la division des microbrasseries Molson ait acheté le Trou du diable, le Broue Pub reste quant à lui une coopérative de travail indépendante. De plus, les deux adresses brassent toujours leur bière ici en Mauricie et offrent toujours des produits de dégustation. Rappelons-nous aussi que Louis-Philippe Laroche du Trou du diable fut l’instigateur du projet et que ce dernier, tout comme Isaac Tremblay, se sont fait exclure de facto du Regroupement des microbrasseries de la région par le président, malgré que la charte ne faisait nullement mention d’affiliation ou de grands brasseurs. Cette clause a été ajoutée par la suite.

Était-il vraiment nécessaire, et ce dans l’intérêt du client (!), d’ajouter à une version du projet élaboré à la suite du départ des membres du Trou du diable, dans une volonté à peine camouflée de les exclure, ladite condition d’être indépendant des grands brasseurs? Les membres du regroupement, dans un effort de confrérie, auraient-ils pu considérer le Broue Pub, indubitablement admissible comme microbrasserie? Parle-t-on ici de «Route des Brasseurs» ou de «Route des microbrasseries indépendantes»? Toutes des questions qui me font, malheureusement, remettre en question les véritables intentions derrière cette annonce.

Malgré tout, la communauté shawiniganaise ne manque pas de me rendre fière par son engagement et sa collaboration: on pense au Broadway Pub qui se retire volontairement de l’événement par solidarité avec son confrère, mais on pense aussi au Trou du diable qui continue d’être le promoteur d’événements comme la 9e édition de La soirée des Brasseurs, mettant en vedette plusieurs microbrasseries de la région et d’ailleurs. Ainsi, sans garder d’amertume, je souhaite un excellent succès à la Route des Brasseurs de la Mauricie parce que la communauté shawiniganaise comprend également que l’essor de notre région ne dépend pas de nos succès respectifs, mais bien de notre capacité à célébrer les succès de chacun.