La religion n’est pas seulement privée ou cachée

La religion n’est pas seulement privée ou cachée

En réaction au texte de Ghyslain Parent intitulé «Pour une révision du cours Éthique et culture religieuse», publié dans notre édition du 9 mars dernier.

Je viens de relire le texte de M. Ghyslain Parent paru la semaine dernière dans l’édition du 9 mars du Nouvelliste et je n’en reviens pas de réaliser à quel point un professeur d’université peut écrire tant d’inepties.

Je m’arrête dès les premières lignes: «car, pour moi, les phénomènes religieux sont du domaine du privé». Encore un autre qui confond secte et religion! D’où prend-il cette idée saugrenue que la religion devrait se pratiquer dans les sous-sols des maisons ou cachée, à l’abri de tout rassemblement?

Faudra-t-il lui rappeler que depuis des millénaires les hommes se rassemblent pour prier leur Dieu? Pourrait-il en nommer seulement une religion qui serait privée? Il serait bien curieux de savoir son explication devant la marée humaine qui accueille le pape quand celui-ci visite un pays. Faudrait-il rappeler que lorsque Jean-Paul II est venu au Canada, le stade olympique, le-Cap-de-la-Madeleine, entre autres, n’étaient pas si vides ? Et je suis convaincu que si le pape François venait aujourd’hui, il y aurait des milliers de personnes pour l’accueillir (plus que pour bien des politiciens). La religion devrait être privée vous dites?

M. Parent me fait penser à ce professeur de musique qui a refusé de faire chanter à ses élèves une chanson d’Édith Piaf (L’Hymne à l’amour) juste parce qu’elle contenait le mot Dieu! Il serait bien embêté pour enseigner l’hymne national du Canada! À peu près chaque phrase de son texte contient des faussetés qu’il serait long de relever; mais si j’en prends une, au hasard: «le fait de ne montrer que les beaux côtés des religions, fait en sorte que les élèves peuvent devenir des proies faciles à la merci de vendeurs d’illusions et de surnaturels.»

Franchement M. Parent, vous êtes sérieux? Vous devriez en parler aux professeurs d’éducation physique, de géographie ou de littérature.

Considérez-vous vos étudiants comme des «proies faciles» devant tout professeur qui informe, explique, démontre quelque notion de la réalité humaine? Comment faites-vous pour expliquer l’existence de tous les temples et les cathédrales (comme la Sagrada Família) qui existent sur la planète depuis la nuit des temps, les totems, la création des grandes œuvres musicales comme le Messie de Händel entre autres, l’histoire de la croix du mont Royal à Montréal, l’existence et la popularité de certains monastères comme celui de Saint-Benoît-du-Lac et j’en passe.

La religion, M. Parent, ce n’est pas dangereux, c’est une dimension de l’être humain et qui se manifeste ouvertement; vous en parlerez à tous ceux qui se rassemblent autour de la patinoire du Centre Bell et qui paient cher pour y être. Puisque la religion fait partie de notre existence humaine, de notre histoire particulière et de la réflexion profonde pourquoi faudrait-il refuser de l’enseigner?

Pierre Letendre

Nicolet