La politique et l’Évangile

En réaction à la lettre de Mgr Noël Simard, évêque de Valleyfield et président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, publiée dans notre édition du 13 septembre dernier.

C’est pas des farces! Une demi-page de morale religieuse contenant six allusions à l’Évangile, cinq à la foi chré- tienne ainsi que sept à Dieu et son œuvre.

Noël Simard nous incite en quelque sorte à considérer le scrutin au Québec comme une démarche spirituelle inspirée par la prière. Un peu plus et il nous demanderait d’aller voter sur le perron de l’église.

Le président de l’Assemblée des évêques catholiques fait même référence à certaines hautes instances de la religion pour nous guider le jour du scrutin.

Je croyais pourtant que l’ingérence catholique en matière d’élection était chose du passé. D’accord, le prélat de Valleyfield ne dit pas pour qui voter mais il nous demande d’être fidèles à la foi pour placer le X au bon endroit.

Je ne suis pas croyant, alors je fais quoi? Dans un Québec dégagé des directives spirituelles anciennes, je n’ai que faire de la morale catholique pour choisir mes dirigeants gouvernementaux.

Monsieur Simard devrait moderniser son discours et faire abstraction de son idéal évangélique relativement à notre réflexion collective, vers le 1er octobre. Autre temps, autres mœurs, monseigneur.

Roger Matteau

Shawinigan